25 janvier 2018

« La désertion » d’Emmanuelle Lambert

« Elle est maintenant posée dans le coin d’Eva, accroupie dans le trou laissée par son absence.  Si elle répétait volontiers que c’est elle qui avait disparu, qu’elle les avait laissées, qu’elle avait déserté, elle savait que c’était plutôt eux qui l’avaient éloignée, comme ils l’auraient fait d’un corps étranger, si agressif qu’il suscite des mécanismes de défense appelant l’expulsion définitive pour cause de survie sociale, morale et affective ». Eva Silber a disparu du jour au lendemain sans laisser aucune trace... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 janvier 2018

« Mille soleils » de Nicolas Delesalle

« [Ils] sont là, immobiles, sidérés, alors qu’au même instant, des milliards de galaxies s’éloignent à toute vitesse les unes des autres dans un univers incroyable et gigantesque en expansion permanente. Et pourtant, ici, sur la Terre, dans ce désert, tout semble figé, cristallisé, c’est le silence, un silence gargantuesque à l’échelle des hommes, un silence qui s’étire sur des dizaines de kilomètres, un des plus époustouflants silences du monde. Une voiture renverse, un homme debout, deux allongés, un autre assis, et pourtant... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
15 janvier 2018

« Les déraisons » d’Odile d’Oultremont

« Adrien a toujours évité de se poser cette question. Et si Louise n’avait été séduite par rien chez lui ? Peut-être l’a-t-elle aimé pour une raison qui se trouve d’en être aucune. Juste parce que l’aimer, c’était pile l’endroit où se trouver, le point entouré sur la carte de Louise, le millimètre carré où s’enfonce la fléchette lancée sur la cible. Où peut-être l’a-t-elle aimé instinctivement. Sans hiérarchie de pourquoi ou de parce que. À l’animale. On se flaire sans réaliser que, déjà, la chimie opère. La matière... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :