04 mars 2020

« Rouge pute » de Perrine Le Querrec

Des mots sur des maux. Des vers sur l’horreur. Des poèmes sur des silences.   Perrine Le Querrec a rencontré dans un centre social des femmes qui ont confié leurs mots sur les violences conjugales. De ces mots, l’autrice en a fait une forme, une œuvre, un porte-voix. Des poèmes incarnés à la première personne du singulier. Des poèmes qui restituent la violence quotidienne pour faire vivre l’intimité de ces femmes aux lecteurs. Pour briser le silence. Pour briser l’indifférence. Parler des coups, des insultes. Parler... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 février 2020

« Danser sur tes braises, suivi de Six décennies » d’Ananda Devi

« Tout commence par la perte des eaux ». Et c’est déjà le début de la fin. « L’enfant s’en va et ne cessera plus de s’en aller ». Dans « Danser sur tes braises », Ananda Devi retrace le chemin de la vie à la suite du décès de sa mère. Un chemin qui débute par l’expulsion du ventre maternel comme première perte. La première d’une longue série au fur et à mesure que l’enfant grandit et devient adulte : « Mais j’avais mon chemin à suivre ; mes propres démons à affronter : il me fallut... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 janvier 2020

« Le chant des marées » de Watson Charles

Le chant des marées. Le chant de la mer qui tangue, de l’océan qui relie le poète à deux terres : celle qu’il a quittée et celle qu’il a rejointe. Le chant d’une mer où le poète remue, oscille, se cogne entre les souvenirs et l’instant présent, tel le ressac. Une douce mélopée comme celle que l’on peut entendre dans les conques. L’écho d’une voix. Dans ce très beau recueil de poèmes, Watson Charles file la métaphore de l’eau, de l’océan pour raconter l’exil. La difficulté de vivre avec les fantômes, les Loas, les ombres du... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2019

« L’exil n’a pas d’ombre » de Jeanne Benameur

« Ils ont déchiré mon livre mais tous les signes qui vivent en moi personne ne peut y toucher. C’est ma liberté. Entière. Secrète. C’est la liberté de chacun qui veut bien tenter l’aventure. Que l’on soit homme, femme, qu’importe. Les signes se donnent à celui qui veut bien les accueillir, tout au fond de lui et les signes nous transforment. C’est cela le bonheur de chaque jour ». Une émission de radio. Une femme. Une voix. Un regard posé sur le monde, sur les mots. Le mercredi 6 février 2019, j’écoute Jeanne... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 décembre 2018

« Des mots de contrebande » d’Alain Cadéo

    « Le talent est une sale bête sauvage impossible à apprivoiser. Être habité, ne serait-ce qu’un instant, par cette loutre souple, électrique, joueuse et sans cesse affamée, plongeant dans tous les sens, est un ravissement qui confine au sacré. Mais tu as beau feinter, finasser, travailler, pour la garder à tes côtés, elle glisse et s’enfuit et te laisse lourdaud, dans ton affreux marigot croupissant, pour courir les eaux vives ». Je n’avais jamais lu Alain Cadéo ou du moins je n’avais lu aucun de ses livres... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 10:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 août 2018

« Beat Attitude. Femmes poètes de la Beat Generation » de Collectif

Jack Kerouac, William S. Burroughs, Allen Ginsberg. Autant de noms qui résonnent et représentent la Beat Generation, ce mouvement artistique et littéraire des années ­50 qui choqua l’Amérique puritaine et annonça la libération sexuelle de la fin des années 60. Un courant de protestation, de liberté s’engage… ou presque. Car si le mouvement a joué un rôle important dans la culture et société américaine, il a surtout bénéficié aux hommes. Peu de femmes ont pu suivre cette voie car elles étaient stigmatisées et parfois vues comme des... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2018

« Les ronces » de Cécile Coulon

    « Les enfants débordent d’une joie que tu as honte de n’avoir pas su garder en toi comme on retient par la manche un vieux monsieur qui s’en va ».   Les jours passent et souvent se ressemblent, Ronde de lassitude à laquelle l’Homme se plie De bon ou mal gré Car toujours il a le secret espoir D’une étincelle, Vous savez, Cette lueur qui chamboule votre quotidien, lui redonne une consistance, Un but, Le sentiment d’être enfin là pour quelque chose ou quelqu’un. Nous passons notre vie à courir... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]