11 juillet 2019

« Ma dévotion » de Julia Kerninon

« On oublie souvent que ce sont les ascenseurs qui ont permis les gratte-ciel […]. Avec la naissance de la charpente métallique, les architectes n’ont plus connu de frein à leurs ambitions, et l’ascenseur a permis d’envisager les cimes les plus hautes. Tu te demandes sans doute où je veux en venir. De la même façon, c’est toi, je crois, qui a permis Franck. Et, comme les ascenseurs avec les gratte-ciel, je crains que personne n’en parle jamais ». Helen croise par hasard Franck dans les rues de Londres. Elle ne l'a pas vu... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juillet 2019

« Minuit en mon silence » de Pierre Cendors et « Par-delà nos corps » de Bérangère Cournut

« La poésie fait un poème de tout, madame, de la vie, du hasard, même de la mort d’un soldat. Un poème écrit avec son sang. Je ne souhaite à personne d’être poète. Votre vie ne vous appartient pas plus que votre mort. On vous croit le plus libre des hommes, mais c’est une liberté dont on ne s’évade pas » (Pierre Cendors). « Puis, avec le temps, je me suis aperçue que les femmes ont un autre moyen de créer, beaucoup plus puissant. Ce n’est pas seulement parce qu’elles sont dominées par les hommes qu’elles pratiquent... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juillet 2019

« Douleur » de Zeruya Shalev

« Cette brève rencontre, muette, aura suffi pour que sa vie lui apparaisse tel un corps usé, balafré et inutile. Elle ne s’en est pas sortie et ne s’en sortira jamais, elle fait juste semblant depuis presque trente ans, n’est-il pas temps de cesser ? Elle l’a revu aujourd’hui et en a été aussi ébranlée que si elle avait vu le terroriste responsable de l’explosion du bus, n’est-ce pas le genre de chocs que ne débouchent que sur deux possibilités : mordre la vie à pleines dents, y planter ses ongles, ou, au contraire,... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
27 juin 2019

« L’Amérique derrière moi » d’Erwan Desplanques

    « Un homme doit s’asseoir ici et poser toute l’Amérique derrière lui » - Henry David Thoreau. Comment devenir père quand le sien va mourir ? Erwan Desplanques apprend le décès prochain de son père et la grossesse de sa femme pendant les fêtes de Noël 2013.  De ces deux événements concomitants, l'auteur livre un beau roman autobiographique. Son double littéraire se remémore avec tendresse mais sans complaisance son enfance et son adolescence avec des parents très romanesques. « Ton père et... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 06:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juin 2019

« Sorcières. La puissance invaincue des femmes » de Mona Chollet

Sorcières. Nous avons tous en tête des images de sorcières dans les dessins animés, les films ou les livres. Bien souvent, ce sont de vieilles femmes méchantes que l’on doit tuer pour rétablir l’harmonie. Il faut attendre la fin du XXe siècle pour voir apparaître des personnages plus positifs même s’ils n’échappent pas aux stéréotypes : Samantha de La sorcière bien aimée, Sabrina, les sœurs Halliwell de Charmed ou encore Hermione dans Harry Potter. Aujourd'hui, la sorcière est devenue un symbole de la lutte féministe. Avant... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 juin 2019

« Un soir au paradis » de Lucia Berlin

Il me semble impossible de parler de ce recueil de nouvelles sans évoquer d’abord l’autrice, d’autant plus si, comme moi, vous n’avez pas lu Manuel à l’usage des femmes de ménage. Lucia Berlin a tout eu sauf une vie conventionnelle. Mariée trois fois, mère de quatre fils qu’elle finit par élever seule, elle a vécu à Santiago du Chili, New York, Acapulco, Alburquerque. Alcoolique, elle fréquente de nombreux centres de désintoxication avant de devenir sobre dans les vingt dernières années de sa vie. Son second mari, Buddy Berlin,... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juin 2019

« Exploration du flux » de Marina Skalova

« C’est désespérant, d’avoir affaire à l’humanité ». Les flux, notre quotidien. L’information nous assaille sur les réseaux sociaux. Les flux de capitaux se font nombreux avec la mondialisation. Nos corps sont eux-mêmes sujets à des flux comme les marées viennent donner vie aux océans. Et puis, il y a les flux migratoires. Des marées humaines qui se fracassent contre « la forteresse », cette Europe qui se barricade pour se protéger de la tempête. Cette Europe qui observe de loin les écumes de ces corps sans vie... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2019

« King Kong Théorie » de Virginie Despentes

« … je suis verte de rage qu’en tant que fille qui intéresse peu les hommes, on cherche sans cesse à me faire savoir que je ne devrais même pas être là ». J’ai lu cet essai de Virginie Despentes datant de 2006 d’une traite, happée par cette langue crue et par ses propos que j’ai ressentis de façon violente mais qui sont portés par une vérité dérangeante. Les hommes ont peur, dit Virginie Despentes, des féministes qui n’auraient qu’une volonté : les déviriliser. « C’est tout de même épatant, et pour le moins... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 juin 2019

« Antonia. Journal 1965-1966 » de Gabriella Zalapí

« Je dois tuer en moi la passivité, je dois tuer en moi ces réflexes de femme soumise, je dois tirer un coup de fusil sur mon immobilisme. Ma parole n’a aucune conséquence. Ça sent le scandale de la fin et ça n’en finit pas. J’aimerais être plus présente pour mon fils mais je n’y arrive pas. Je ne peux pas être une mère à partir de ce que je suis. Ce terme « mère » résonne comme une impossibilité profonde. Il me projette à la fois dans le mensonge et le rejet. Je ne trouve pas ma place. Je suis une imposture ». ... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mai 2019

« Laissez des traces » d’Arnaud Dudek

« La politique, au fond, ce n’est pas différent de l’écriture. Bon nombre de gens ont des idées pour le pays. De même, bon nombre de gens écrivent. Mais à un moment s’opère une sorte de bascule, et c’est assez mystérieux. On se dit que nos idées, que nos pages peuvent intéresser d’autres gens. Qu’elles peuvent faire du bien. Alors on tente d’être lu, ou bien on tente d’être élu. Après, ce n’est qu’une question d’échelle. Quatre cents, dix mille, un million d’exemplaires. Une commune, un département, la France ». Quand... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]