16 septembre 2019

« Les fillettes » de Clarisse Gorokhoff

« L’enfance est irréparable. Voilà pourquoi, à peine advenue, nous la poussons gentiment dans les abîmes de l’oubli. Mais elle nous court après – petit chien fébrile – et nous poursuit jusqu’à la tombe. Comment peut-on en garder si peu de souvenirs quand elle s’acharne à laisser tant de traces ? » Que garde-t-on de l’enfance ? Les sourires, les rires, les glaces qui fondent au soleil ? Ou alors des remarques blessantes comme « Ta mère, elle est bizarre d’abord », une mère aimante mais complètement... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 06:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 septembre 2019

« Onanisme » de Justine Bo

« Cette nuit, je rejoins le bunker. Pas un corps sur la crique. Demain, on brûle Saïd. À mesure que je vais et viens, la mer grandit et rapetisse. Jouir jusqu’à tout vivre. Jusqu’à tout mourir. Tout aimer. Tout haïr. Jouir en naufrage. Sentir la houle du navire conquérant et le désastre de la noyade. Jouir à tout accepter. À tout renoncer. Jouir à ne plus jouir. Jouir à ne plus rien ». Cerbère, ville des Pyrénées-Orientales. Cerbère, ville qui porte si bien son nom. Tout n’est que chaleur et enfer. Cerbère, une ville en... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 septembre 2019

« Jolis jolis monstres » de Julien Dufresne-Lamy

« Pour les queens, il existe trois types de performance. Celle qui reproduit l’image hétéronormative. Celle qui la rejette. Et celle qui la déplace. Pour ce soir, je choisis la troisième. Je veux être différente. Briser les conventions. Réunir les hommes et les femmes, les belles pédales et les beaux fils à papa. Dans mon numéro, je vais marier les refoulés, les touristes, les locaux, les malades. Faire des nœuds dans les genres. Les bisexuels, les lesbiennes et les trans. Eclater le binaire. Faire de l’identité une grande... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 août 2019

« Baïkonour » d’Odile d’Oultremont

« La surface de l’océan danse comme une ballerine. Après toutes ces années, Anka est devenue, à force d’observation et de toute son attention, la spécialiste de ses chorégraphies. La mer, comme les artistes, a ses périodes : son talent et sa virtuosité se situent au point de convergence entre la puissance des flots et leur lyrisme ; l’un prenant le pas sur l’autre au fil des jours. Avant, il lui arrivait, c’était assez fréquent, de passer de longs moments assise face au colosse et dans cette position du lotus, les... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 août 2019

« Civilizations » de Laurent Binet

« Pour nous qui les contemplons longtemps après que l’histoire du monde a rendu son verdict, les augures semblent toujours d’une clarté implacable. Mais la vérité du présent, quoique plus brûlante, plus bruyante et pour tout dire plus vivante, s’offre bien souvent dans une forme plus confuse que celle du passé, ou parfois même de l’avenir ». Et si les Incas avaient envahi les Européens et non le contraire ? C’est sur cette uchronie toute simple mais ô combien vertigineuse que Laurent Binet a écrit Civilizations. Il... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 août 2019

« UnPur » d’Isabelle Desesquelles

Août 1976. Venise. Deux jumeaux de huit ans sont en vacances avec leur mère. Cette dernière, fantasque, les appelle Benjaminquejetaime et Julienquejetaime. Trois minutes d’inattention et Benjamin est kidnappé par un homme. Pourquoi lui ? Pourquoi pas Julien ? Pourquoi pas un autre ? Pendant huit années, il est enfermé dans un appartement de Bari avec le Gargouilleur. Cet homme, qui le viole à intervalles réguliers, fait aussi de lui son appât pour capturer d’autres enfants. Devenu adulte, Benjamin découvre ses... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2019

« La langue géniale » d’Andrea Marcolongo

Le grec ancien est pour moi une histoire d’amour contrariée. Au collège, plusieurs personnes m’avaient convaincue que le grec était trop difficile et j’avais été quelque peu effrayée par le prof, curieux mélange de Jésus et Charles Manson. Je fis du latin non sans une pointe de regret. Après le bac, je suis partie en fac d’histoire. J’ai découvert que je n’aimais pas l’histoire médiévale et l’histoire romaine. J’étais naturellement tournée vers l’histoire moderne, contemporaine... et grecque ! Alors que j’envisageais un mémoire de... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 10:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 août 2019

« Moi, ce que j’aime, c’est les monstres » d’Emil Ferris

« Pour les enfants, les adultes semblent toujours libres. Mais en vérité, il y en a beaucoup qui sont comme prisonniers. Et si on se demande qui les retient, 9 fois sur 10 d’après ce que je sais, ce sont les fantômes qui les hantent »  Que dire de cet ouvrage sans être dithyrambique ? Tout, je dis bien absolument TOUT m’a plu. Le dessin d’abord. Présenté comme un cahier, une sorte de journal intime, ce roman graphique est un véritable chef-d’œuvre. Les dessins d’Emil Ferris au stylo-bille sont précis et d’une... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 09:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 juillet 2019

« Mary Ventura et le neuvième royaume » de Sylvia Plath

Une jeune fille, Mary Ventura, est sur le quai d’une gare pour prendre un train. Ses parents la pressent de monter dedans malgré ses réticences : « Maman, je ne peux pas partir aujourd’hui. Je ne peux vraiment pas. Je ne suis pas prête à faire le voyage ». Dans le train, elle se lie avec une autre voyageuse qui lui explique que le train ne s’arrêtera pas avant le terminus, à savoir le Neuvième Royaume, lieu où tout le monde semble se résigner à aller. Mais c’est sans compter le talent de Sylvia Plath qui offre une chute... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 juillet 2019

« À l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie » d’Hervé Guibert

« Dans la cour de l’hôpital éclairée par ce soleil de juin qui devenait la pire injure au malheur, je compris, pour la première fois car quand Stéphane l’avait dit je n’avais pas voulu le croire, que Muzil allait mourir, incessamment sous peu, et cette certitude me défigura dans le regard des passants qui me croisaient, ma face en bouillie s’écoulait dans mes pleurs et volait en morceaux dans mes cris, j’étais fou de douleur, j’étais Le cri de Munch ». Hervé Guibert expose le mal qui le ronge avec force, violence,... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]