18 février 2018

« Six degrés de liberté » de Nicolas Dickner

« Éternel retour à la case départ : tout le monde est similaire jusque dans la différence. Il a fallu vingt ans de GeoCities, de Tumblr et de Facebook pour en arriver à cette conclusion collective ». Lisa mène une vie plan-plan avec ses parents divorcés dans la campagne montréalaise. Sa seule grande sortie du week-end, elle la fait avec sa mère : c’est le tour d’IKEA, symbole du consumérisme moderne. Elle veut tuer l’ennui, aspire à la liberté. Son ami d’enfance Eric est agoraphobe mais un véritable pro du hacking.... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 février 2018

« La mise à nu » de Jean-Philippe Blondel

« Il prend le fusain et le carnet sur le bar. Crissement léger du crayon sur le papier. Un frisson naît au bas de mon dos et remonte lentement jusqu’à ma nuque. Va-et-vient des yeux d’Alexandre de mon corps à ses doigts. Il s’absorbe dans sa tâche. Je prends une profonde inspiration. Je voudrais retrouver une sérénité. Je me perds dans la contemplation du mur par-delà l’épaule d’Alexandre. Peu à peu les angles s’adoucissent. Devant mes yeux, de petits cercles lumineux. Des poussières phosphorescentes. Des couleurs naissent. Le... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
13 février 2018

« Ne préfère pas le sang à l’eau » de Céline Lapertot

« L’eau, ce ruisseau indispensable au paisible écoulement de nos jours. L’eau, ce diamant précieux et vital, qu’on s’arrache des mains comme des chiffonniers. On fait bêtement couler le sang pour ce qui relie la totalité de l’humanité. Ce trésor qui nous abreuve et qui nous lave, cette eau qu’on laisse couler sous la douche quand on se perd dans nos pensées, on chie dedans quand d’autres sont à genoux pour lécher le fond des mares. Ils se prosternent devant leurs trois ou quatre gouttes de pluie, quelques fois dans l’année.... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 février 2018

« Une verrière sous le ciel » de Lenka Horňáková-Civade

« Dans les contes de mon pays il y a souvent trois fées qui se penchent sur le berceau du bébé pour lui prédire son destin, lui prodiguent des talents, lui souhaitent une vie de telle ou telle couleur, sous de bons auspices ou au contraire pleine d’embûches. À quoi cela tient-il ? À leur bonne humeur ? Elles-mêmes, disposent-elles d’un contingent d’offrandes décidées au préalable et qu’elles ont pour mission de distribuer ? Contingent fixé par qui ? Si les parents préparent un goûter généreux, peut-être... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 février 2018

« Une longue impatience » de Gaëlle Josse

« Je m’invente des ancres pour rester amarrée à la vie, pour ne pas être emportée par le vent mauvais, je m’invente des poids pour tenir au sol et ne pas m’envoler, pour ne pas fondre, me dissoudre, me perdre. Toutes ces choses ténues, dérisoires, je m’y accroche pour repousser le prénom qui cogne à mes tempes, à mon cœur, à tout mon corps, pour tenir à distance ce halo d’ombre qu’il agite autour de moi. J’invente tout ça pour me protéger de la houle qui arrive en traître, de côté, qui donne de la gîte à ma pauvre embarcation. Et ma... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 11:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
04 février 2018

« Révoltées » de Carole Trébor

Nous sommes en 1917 à Moscou. La révolution d’octobre éclate mettant en opposition les bolcheviks contre les troupes du gouvernement provisoire de Kerenski. C’est dans ce contexte que vivent les sœurs Léna et Tatiana, dix-sept ans. Leur père sur le front, elles vivent avec difficulté avec leur grand-mère. Alors que Léna s’engage auprès des bolcheviks, va sur les barricades, la conviction chevillée au corps, Tatiana rêve d’une révolution artistique à l’image du poète Maïakovski. La dure réalité du conflit les frappe quand les combats... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

31 janvier 2018

« Éparse » de Lisa Balavoine

Il est des romans que l’on ne peut pas chroniquer comme d’habitude, parce qu’ils sont à part. Éparse est un roman à part. On ne peut pas en parler de manière rationnelle car ce livre n’est pas rationnel. Il est dans l’émotion, dans la sensation. Il est, pour citer Lisa Balavoine, dans « la sueur, la moelle, le sang. Le beau comme le sale. Ce qui brûle là, au-dedans. Le vivant ». Du coup, j’ai décidé de fragmenter mes impressions, mon ressenti et chercher là, au-dedans ce qu’il remue chez moi. * Lisa Balavoine... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 14:30 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
30 janvier 2018

« Éclipses japonaises » d’Éric Faye

« Revoir le Japon ! Une sensation de malaise innerve ce commencement de joie. Comment ferai-je pour leur expliquer, là-bas au Japon, la vie que j’ai menée ici tout ce temps, se dit-elle. Oui, comment comprendront-ils ? Ils ne comprendront pas. Ceux qui nous attendent préféreraient sans doute que nous revenions décharnés, dans la tenue rayée des survivants des camps, marchant comme des automates… Mais voilà, ils nous ont bien nourris, ici, ils nous ont même mariés, Jim et moi, ils ne nous ont pas fait de mal ;... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 15:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
27 janvier 2018

« Tu comprendras quand tu seras plus grande » de Virginie Grimaldi

« Ils ont été jeunes eux aussi. Ils ont eu mon âge. Ils ont eu des projets, des fous rires, des galères, ils ont fait l'amour, ils ont eu des parents, des amis, des bébés. Ils ont eu une vie. Il y a cinquante ans, eux non plus ne pensaient pas être vieux un jour.  J'ai longtemps vu les personnes âgées uniquement comme des personnes âgées, en faisant fi des personnes qui se cachaient sous leurs cheveux gris. Un jour, peut-être, quelqu'un regardera les photos d'une mamie en prenant conscience qu'elle a été jeune. Qu'elle... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 janvier 2018

« La désertion » d’Emmanuelle Lambert

« Elle est maintenant posée dans le coin d’Eva, accroupie dans le trou laissée par son absence.  Si elle répétait volontiers que c’est elle qui avait disparu, qu’elle les avait laissées, qu’elle avait déserté, elle savait que c’était plutôt eux qui l’avaient éloignée, comme ils l’auraient fait d’un corps étranger, si agressif qu’il suscite des mécanismes de défense appelant l’expulsion définitive pour cause de survie sociale, morale et affective ». Eva Silber a disparu du jour au lendemain sans laisser aucune trace... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :