07 septembre 2018

« Douce » de Sylvia Rozelier

« J’ignore quand mon corps a commencé à en porter la trace, se retrancher, se reculer imperceptiblement quand on m’approchait, d’un geste de rien d’abord, un raidissement, quand j’ai cessé de dire ce que je pensais, n’ai plus su m’exprimer, ai perdu les mots, les repères, la syntaxe, la mémoire, quand j’ai balbutié. Quand j’ai baissé la tête, les yeux, courbé l’échine, évité certains sujets, certains regards, certaines confrontations. Ce n’était pas arrivé d’un coup, ça s’était installé puis diffusé ». Jusqu’où peut-on... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

05 septembre 2018

« La fin de la solitude » de Benedict Wells

« Et si le temps n’existait pas ? Si tout ce que nous vivions était éternel et que ce n’était pas le temps qui passait devant nous, mais nous qui passions devant ce que nous avons vécu ? Je me pose souvent la question. Nous changerions de perspective, nous nous éloignerions des bons souvenirs, mais ils seraient toujours là et, pour peu qu’on remonte le temps, nous les retrouverions. Ce serait comme un livre dont on feuilletterait les pages pour revenir en arrière ou peut-être même au début ». Jules Moreau se... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 06:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 septembre 2018

« Les enfants frapperont-ils encore ? » de Laure Catherine

« Il était neuf heures quand il le reposa. Il survolait plus qu’il ne lisait avec attention. Les mots dansaient. Mais une phrase l’avait happé. ‘’Les enfants frapperont-ils encore ?’’ se demandait le livre à la dernière page. C’est-à-dire, nos terroristes en culottes courtes feront-ils un nouveau carnage, après avoir éliminé leurs parents trop gentils et rejoint la clandestinité tel un mini Action directe ? Hier encore, cette phrase aurait suscité chez Arthur ses habituelles réflexions sur ses velléités... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 août 2018

« La guérilla des animaux » de Camille Brunel

« Vous pensez savoir ce qui se passera si vous commencez à vous en prendre aux civils, mais le monde a changé depuis vingt-cinq ans, de même que la quantité de cynisme dans l’air ambiant. La vie humaine impressionne moins. Nous serons bientôt dix milliards d’humains tandis que les tigres ne seront plus que deux mille. Quelle vie aura le plus de valeur selon vous ? Croyez-moi, des milliards de gens seront bientôt prêts à vous pardonner quelques exécutions collatérales, si c’est au nom des animaux ». Je vous préviens... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 21:07 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
28 août 2018

« La somme de nos folies » de Shih-Li Kow

« De temps à autre, je prends sa main entre mes huit doigts. Parfois, elle la retire. D’autres fois, elle me regarde sans me voir. Il m’arrive alors de percevoir sur son visage un voile que je préférerais ne pas reconnaître. Cela m’affecte parfois, mais la plupart du temps ce n’est pas le cas. Ainsi va la vie. Je voudrais dire à ceux qui passent, à qui voudra bien m’écouter, que les leçons viennent de la vie et non des histoires. Malheureusement, ce sera en vain, les paroles balayées par le souffle de ceux qui tiennent à faire... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
25 août 2018

« Le paradoxe d’Anderson » de Pascal Manoukian

« Staline avait raison. Les ouvriers s’enchaînent à leurs patrons. Ils se battent entre eux pour se faire passer les menottes, se laissent ligoter par les valeurs de l’entreprise, l’esprit d’équipe et plein d’autres conneries du même genre. Elle s’est fait embobiner, un comble pour une tricoteuse, elle a laissé filer sa vie, en répétant les mêmes gestes pendant cinq mille cent soixante-dix jours, soudée à sa machine, sans rien apprendre d’autre que ce pour quoi ils l’ont programmée, et maintenant qu’on la libère... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 août 2018

« K.O. » d’Hector Mathis

« Il était normal à une époque sans génie qu’on ne fasse que constater celui des siècles passés. Elle était si pauvre, notre époque. Elle mettait en relief toutes les autres ». Un style, une langue, une musicalité, une façon de raconter une histoire et une réalité. C’est en résumé ce qui attend le lecteur en ouvrant le premier roman d’Hector Mathis. Roman de fulgurance, brutal tout en étant poétique. J’ai eu l’impression qu’il a été écrit d’une traite comme ma lecture, animé par un sentiment d’urgence, de rage peut-être. Une... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 05:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 août 2018

Les sorties en poche de la rentrée littéraire 2018

Parce que la rentrée littéraire c’est aussi l’occasion de découvrir des romans des rentrées précédentes en poche, je vous présente ma sélection (donc pas une liste exhaustive) des livres format mini qui méritent d’être lus. J’ai lu et aimé la plupart des livres ci-dessous mais j’y ai ajouté ceux non lus qui m’intéressent. Chez FOLIO :   À la mesure de l'univers de Jon Kalman Stefansson (16/08)   Ce que dit l’éditeur : À la mesure de l’univers est la suite du roman D’ailleurs, les poissons n’ont... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 août 2018

« Tenir jusqu’à l’aube » de Carole Fives

« Je veux connaître la joie d’être une femme, pas juste une mère. C’est fini l’époque où la femme était à la maison pour s’occuper des enfants. Aujourd’hui, elle a le droit de voter, de travailler, de faire du sport si elle veut. Mais dans les mentalités, rien n’a changé. Je suis une mère indigne bien sûr, mais le père, c’est étrange, personne n’en parle ! On ne lui reproche rien. Il n’a pas vu sa fille depuis deux ans […] Elle est où l’égalité entre les hommes et les femmes ? Les hommes s’en sortent bien, je trouve.... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 09:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 août 2018

« Elle voulait juste marcher tout droit » de Sarah Barukh

« La vie n'est pas décevante tu sais, c'est l'écart entre ce que nous projetons et la réalité qui est intolérable ». Alice a 5 ans et vit avec sa nourrice Jeanne à la campagne. Elle mène une vie plutôt insouciante, faite de petits conflits d’enfants. Cependant, ne pas connaître sa maman la travaille. Et pourquoi Jeanne est troublée quand les Allemands la questionnent un peu trop ? À toutes ces questions, elle n’obtient jamais de réponses car elle est considérée comme trop petite pour comprendre. Elle s'agace... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]