26 septembre 2017

« Le livre que je ne voulais pas écrire » d’Erwan Larher

Grosse claque ! – rentrée littéraire 2017 « Comment le monde pourrait-il continuer à être si je ne suis plus ? Il ne peut pas me survivre, n’est-ce pas ? Si je meurs, le réel meurt, vous mourez tous […] Là, en devenir-parquet, devenir-barrière, je ne sais pas si j’ai peur, je ne prie pas, mais je ne veux pas mourir, c’est certain. Je veux ne pas mourir ». Erwan Larher, je ne le connaissais pas avant une rencontre en décembre 2016 organisée par les 68 premières fois. Je n’avais jamais lu un de ses livres et... [Lire la suite]
Posté par Lepetitmouton à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

25 septembre 2017

« Mon père, ma mère et Sheila » d’Éric Romand

Premier roman « Je ne connaissais pas vraiment la signification de tantouse, pas plus que celle de tata mais j’avais entendu qu’il s’agissait d’hommes qui faisaient entre eux des saloperies en douce ». « Les enfants aimaient beaucoup mon père. Dans la piscine du camping, il les prenait sur ses épaules, d’où les gosses surexcités plongeaient plusieurs fois de suite sans relâche. Allongé sur ma serviette, je les regardais en pensant que si mon père n’avait jamais joué avec moi, c’est que j’avais déjà des saloperies en... [Lire la suite]
Posté par Lepetitmouton à 13:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 septembre 2017

« Les terres dévastées » d’Emiliano Monge

« Les vingt hommes qui ont émergé de l’obscurité lèvent les canons de leurs armes, ceux qui poussent les petits chariots recommencent à marcher et ceux qui viennent d’autres terres font résonner encore plus fort le grincement de leurs mille dents apeurées. Quand tous ont rejoint leur position, Estela communique un nouvel ordre à ses gars en sifflant pour la première fois. La première rafale de coups de feu éclate alors et ceux qui ont passé des jours à marcher tombent à terre, vomissant des paroles que leurs bouches expulsent... [Lire la suite]
Posté par Lepetitmouton à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 septembre 2017

« Frappe-toi le cœur » d’Amélie Nothomb

« L’enfer est pavé de bonnes intentions ; semblablement les intentions les plus mesquines peuvent être à l’origine de joies sincères ». « Pour instaurer son règne, la jalousie n’a aucun besoin d’un motif ». « Frappe-toi le cœur, c’est là qu’est le génie » disait Alfred de Musset. Alors loin de moi l’idée de crier au génie en terminant ce nouveau Nothomb – j’ai lu d’ailleurs beaucoup de critiques bien trop enthousiastes – mais nous avons tout de même affaire à un cru très honorable. Là encore, contrairement... [Lire la suite]
Posté par Lepetitmouton à 10:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 septembre 2017

« Nos richesses » de Kaouther Adimi

« Le chauffeur de taxi clandestin au visage acnéique nous a prévenus au milieu de la nuit qu’il venait de déposer un jeune homme au 2 bis. Nous savons que le grillage a été relevé. Nous devinons pourquoi Ryad est là, nous n’ignorons pas que Les Vraies Richesses vont disparaître. En quelques minutes, le mot a fait le tour du quartier et il n’y a plus un seul seau de peinture à vendre ». L’Algérie est à l’honneur cette année pour cette rentrée littéraire et de fort belle manière. Le roman de Kaouther Adimi nous plonge à Alger où... [Lire la suite]
Posté par Lepetitmouton à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 septembre 2017

« Leur séparation » de Sophie Lemp

« Mon enfance m’apparaît comme scindée en deux. Pourtant, une séparation n’est pas une mort brutale ». « Ce n’est pas l’histoire de mes parents que je veux écrire mais la façon dont j’ai vécu leur séparation ». Ce court récit personnel évoque un thème plutôt banal au départ : le divorce des parents de l’auteure et la mise en place d’une garde alternée alors qu’elle n’a que dix ans. Et pourtant, nous sommes loin d’un récit banal : Sophie Lemp nous offre un témoignage touchant, sensible et même pudique... [Lire la suite]
Posté par Lepetitmouton à 09:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 septembre 2017

« L’histoire de mes dents » de Valeria Luiselli

« Je suis Gustavo Sánchez Sánchez, ai-je dit. Je suis le seul, l’unique Grandroute. Et je suis mes dents. Elles peuvent vous paraître jaunies et certes plus de toute première fraîcheur mais je peux vous l’assurer : ces dents ont jadis appartenu à Marylin Monroe, qu’il est inutile de présenter. Si vous les voulez, il faudra que vous me preniez avec. Je n’ai pas fourni plus ample explication ». Ce court roman est inclassable, difficile à décrire et à résumer tellement il joue sur le nonsense, l’absurde. Cet ovni... [Lire la suite]
Posté par Lepetitmouton à 09:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 septembre 2017

« La disparition de Josef Mengele » d’Olivier Guez

« Toutes les deux ou trois générations, lorsque la mémoire s’étiole et que les derniers témoins des massacres précédents disparaissent, la raison s’éclipse et des hommes reviennent propager le mal. Puissent-ils rester loin de nous, les songes et les chimères de la nuit. Méfiance, l’homme est une créature malléable, il faut se méfier des hommes ». Qui ne connaît pas Josef Mengele ? Qui ne connaît pas « l’ange de la mort » d’Auschwitz, ce médecin nazi qui a multiplié les expériences médicales dans le camp... [Lire la suite]
Posté par Lepetitmouton à 08:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 septembre 2017

« Je me promets d’éclatantes revanches » de Valentine Goby

« Charlotte Delbo est revenue pour écrire. Par inadvertance peut-être, par surprise, écrire lui a permis de revenir ». Il est des rencontres dans la vie qui nous changent. Valentine Goby ne se doutait pas que son chemin allait croiser celui de Charlotte Delbo et qu’elle en serait marquée. Comme souvent pour toute rencontre, elle se fait par hasard et par un intermédiaire. Valentine découvre Charlotte grâce à une ancienne résistante et déportée, Marie-José Chombart de Lauwe, au moment où elle s’apprête à écrire... [Lire la suite]
Posté par Lepetitmouton à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
10 septembre 2017

« Nos vies » de Marie-Hélène Lafon

« Les doigts longs de Gordana exécutent, ses ongles sont roses, elle fait les gestes, son regard est impossible, elle ne voit pas les personnes et ne veut pas les voir. Elle n’en a pas les moyens, ce serait un luxe insensé, c’est bon pour les autres, les natifs, les légitimes qui n’ont pas à se battre pour tout et habitent chaque seconde de leur pays, de leur langue, sans même y penser ». Nous sommes à Paris dans le Franprix de la rue du Rendez-Vous, la bien nommée. Jeanne est retraitée et vient faire ses courses deux... [Lire la suite]
Posté par Lepetitmouton à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]