08 avril 2018

« Trouville Casino » de Christine Montalbetti

« Je vous en supplie, n’écrivez pas sur vos blogs qu’il est dommage que je digresse. Avant de sortir votre stylo rouge mental (avouez), avec votre petit air sévère, qui me blesse (eh oui), posez-vous sincèrement la question : la digression, est-ce que ce n’est pas l’espace même de la liberté ? » Août 2011. Un septuagénaire décide de faire le casse du casino de Trouville. Il ressort avec à peine 7000 euros dans son sac. Qu’est-ce qui a bien pu se passer dans la tête de cette personne âgée sans histoires pour en... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 11:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

06 avril 2018

« Diên Biên Phù » de Marc Alexandre Oho Bambe

« Retour à Diên Biên Phù. À la recherche d’un amour jeune er vieux, fou. Retour ici, avec l’espoir mitraillé de retrouver celle qui m’accoucha. Retour ici, pour mourir où je suis né, dans un corps-à-corps fiévreux. Retour ici, après vingt ans d’exil intérieur, l’âme en feu. Je suis revenu ici, où je suis tombé amoureux, pour ne plus jamais me relever. Je suis revenu ici, pour finir mon voyage. Dans une bulle d’opium ou de tendresse. Je suis revenu ici, pour écrire la dernière page. De mon livre de vie. Je suis de... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
04 avril 2018

« Maria » d’Angélique Villeneuve

« Thomas a menti, l’autre nuit au téléphone. L’enfant né le dix-sept mars n’est pas un bébé. Ce que Céline a mis au monde est le chagrin de sa mère, sa crainte de mal faire, de mal dire, de mal penser, c’est sa honte, sa rage inexprimable. Alors elle se tient coite, Maria, docile, ravalant au fond de sa gorge les il et les elle. Elle bouillonne de dépit, de colère, mais mastique l’os qu’on lui octroie : elle dit Noun en attendant des jours meilleurs ». Que sommes-nous prêts à accepter par amour ? C’est un... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 09:53 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
02 avril 2018

« L’archipel du chien » de Philippe Claudel

« La plupart des hommes ne soupçonnent pas chez eux la part sombre que pourtant tous ils possèdent. Ce sont souvent les circonstances qui la révèlent, guerres, famines, catastrophes, révolutions, génocides. Alors quand ils la contemplent pour la première fois, dans le secret de leur conscience, ils en sont horrifiés et ils frissonnent ». En septembre 2015, l’Europe est sous le choc : un photographe turc prend des clichés du cadavre d’un petit garçon de cinq ans échoué sur la plage. On apprend qu’il s’appelle Alan... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 11:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
30 mars 2018

« Les indifférents » de Julien Dufresne-Lamy

« Les adolescents sont des adultes en puissance. Incontrôlables et morts de faim. En bande, ils sont plus forts. Ils cambriolent, font crisser les pneus des bagnoles. Ils se brisent les cœurs et les mains. Mais ils ont le droit. Ils vivent à l'âge transitoire. Leurs pulsions sont animales. Ils sont à part, incapables d'extraction. Le monde est à eux aussi loin qu'on regarde. On les laissera faire. On les laissera jouer et tuer. L'adolescence est un passage obligé. Une espèce de souveraineté. C'est la sombre période de... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 06:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
28 mars 2018

« Ces jours qui disparaissent » de Timothé Le Boucher

La BD s’ouvre sur plusieurs pages muettes. Un jeune homme fait des acrobaties. Tout s’enchaîne à la perfection jusqu’au moment où il se cogne la tête. Les dialogues arrivent. Plus de peur que de mal, le jeune homme qui s’appelle Lubin rentre chez lui. Le lendemain, il se rend à son travail dans un supermarché mais il se rend compte qu’il est mardi au lieu du lundi. Peut-être a-t-il trop dormi suite à sa chute… Mais, l’événement se répète quand il passe du mardi au jeudi et ainsi de suite. Il finit par comprendre qu’un autre... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 mars 2018

« Un funambule » d’Alexandre Seurat

« Un funambule qui marche au-dessus du vide et qui avance lentement, en suspension, le vide immense dessous, le vide immense devant, la mort à quelques centimètres, est-ce qu’il a seulement peur ? Peut-être qu’il ne se rend même pas compte que la mort est là ? » Qui ne s’est jamais senti vide, exténué, au bord du précipice ? Je pense que chacun d’entre nous vit ces moments-là mais, normalement, ces sentiments passent : on rebondit, on change de cap, on trouve une alternative. Mais qu’arrive-t-il quand cette... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 06:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 mars 2018

« Les rêveurs » d’Isabelle Carré

« J’ai l’habitude avec les journalistes d’être toujours associée à deux qualités : discrète et lumineuse ! Durant toutes ces années, comment suis-je passée si facilement entre les mailles du filet ? Évidemment, je ne m’en plains pas, pour rien au monde je ne renoncerais au plaisir d’être si bien cachée derrière mon maquillage et les costumes d’un personnage. Puisque tout est vrai, et que les acteurs "font semblant de faire semblant", comme l’écrit Marivaux. Je m’étonne juste qu’après ces heures d’interviews, tous ces plateaux... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 16:56 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
21 mars 2018

« Ni tout à fait une autre » de Caroline Vié

« Du début de nos amours, je garde un souvenir lointain et enchanté. Je n’ai pas eu de coup de foudre pour toi et je me dis souvent que c’est pour cela que tu as pris si vite une telle importance. Tu n’as pas agi à la manière d’un raz-de-marée mais à celle d’une petite pluie fine dont on ne comprend qu’en se déshabillant qu’elle vous a trempée jusqu’aux sous-vêtements. Tu as été insidieux». Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant où je suis ni tout à fait la même femme, ni tout à fait une autre et où l’on m’aime et me... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 14:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
20 mars 2018

« Microfilm » d’Emmanuel Villin

« Durant les cinq années où il a tenté de se faire une place dans ce petit monde, il n’est parvenu à atteindre que le rang de silhouette parlante, et ce à une seule occasion, sachant que le reste est réglementairement limité à cinq mots maximum. Or, en acceptant ce poste à la Fondation, le premier qui s’est offert à lui, il craint d’être de nouveau assigné au rôle qu’il a toujours occupé et qui l’a conduit à renoncer à ses rêves d’acteur : celui de figurant. À lui désormais de faire ses preuves s’il ne veut pas finir, une... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]