27 juin 2018

« Moins qu’hier (plus que demain) » de Fabcaro

Je suis encore tombée dans l’univers Fabcaro. Je n’ai aucune excuse pour ma défense, je suis allée d’un pas décidé dans une librairie spécialisée en BD à Montrouge pour m’offrir le nouvel opus. Je me souviens être entrée et avoir demandé d’emblée « Bonjour, vous avez le nouveau Fabcaro ? ». La libraire a souri et d’un simple geste de la tête m’a montré qu’il était carrément sur le comptoir. Je pense que ça en dit long sur son succès. Mais, revenons à nos moutons. Après le désopilant Et si l’amour c’était... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

26 juin 2018

« Le jeu d’échecs » d’Edith Thomas

    « J’ai cherché l’amour avec une persévérance qui m’étonne, mais aussi une lucidité qui m’empêchait de le trouver. Peu importe ici le détail de ces rencontres approximatives où je comprenais trop bien que c’était l’amour que je cherchais à travers un homme, et que cet homme n’était pas celui qui m’en montrerait le véritable chemin. Il aurait fallu qu’il se proposât, au-delà de lui-même, un but qui le dépassât et que j’eusse pu, sans déchoir, tenter de l’atteindre à sa suite. Mais je retombais toujours à cette... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 10:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 juin 2018

« Revoir Marceau » de Romain Meynier

« Le chauffeur s’était adossé à sa voiture et fumait une cigarette. C’était un grand homme noir en costume. Il me regarda approcher. Il tirait très longtemps sur sa cigarette, puis, au bout d’un moment, recrachait une épaisse fumée blanche qui se dissipait. Je lui dis que je voulais gagner Paris. Il me fixa et se mit à rire. Paris ? répéta-t-il. Je ne vais pas jusque-là. Et puis ça vous coûterait très cher. Combien ? demandai-je. Il se gratta le menton en écrasant sa cigarette. Dans les cinq cents euros, dit-il,... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 14:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 juin 2018

« Les ronces » de Cécile Coulon

    « Les enfants débordent d’une joie que tu as honte de n’avoir pas su garder en toi comme on retient par la manche un vieux monsieur qui s’en va ».   Les jours passent et souvent se ressemblent, Ronde de lassitude à laquelle l’Homme se plie De bon ou mal gré Car toujours il a le secret espoir D’une étincelle, Vous savez, Cette lueur qui chamboule votre quotidien, lui redonne une consistance, Un but, Le sentiment d’être enfin là pour quelque chose ou quelqu’un. Nous passons notre vie à courir... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 juin 2018

« Ta vie ou la mienne » de Guillaume Para

« Écoute. On en va pas se mentir : ça ne sert à rien d’essayer, tous les deux. Toi aussi tu me plais, t’es la plus jolie fille de ce putain d’endroit, mais ça ne marchera pas. Tu sais pourquoi ? Parce que les « jeunes de banlieue », leur vie pue, et tu t’en rendras compte bien assez tôt. Ça pue la merde dans nos cages d’escalier, nos parents puent la sueur quand ils rentrent du boulot, nos salons puent le désodorisant pour chiottes. Moi-même, je pue la défaite. Tu crois qu’être pauvre, c’est quoi ? Être... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 10:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
27 mai 2018

« Des histoires pour cent ans » de Grégory Nicolas

« Pierre imaginait les Boches comme des fantômes, ou des vampires, ou les loups des histoires. Est-ce qu’ils pourraient le manger ? ça lui faisait peur. Pierre a interrogé Julien, son grand frère, pour savoir s’il allait partir à la guerre, et Julien a dit qu’à seize ans il était bien trop jeune. Pierre a demandé pour leur papa. Ça son grand frère n’en savait rien. Mais pour se rassurer Pierre il a dit que leur père avait fait son devoir en 14 et qu’il y en aurait d’autres à y aller avant lui ». « Marc grogne.... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mai 2018

« J’ai déserté le pays de l’enfance » de Sigolène Vinson

« Mon enfance m’avait fait croire que j’avais tous les pouvoirs, or je n’avais jamais sauvé personne, pas même moi dont le seul réconfort était le souvenir de ce petit pays d’Afrique. Adulte, je pensais que travailler pour rien était la dette que je devais au monde. J’avais été enfant là où l’Homme était né, je savais ce qu’exister voulait dire, ce que les gens d’ici avaient oublié, ce qu’ils ne pouvaient même plus concevoir. Alors, j’allais les aider, peut-être pas à devenir libres, mais à les sortir de la nécessité et du... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 09:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mai 2018

« Il est grand temps de rallumer les étoiles » de Virginie Grimaldi

« Les parents sont des funambules. On marche sur un fil tendu entre le trop et le pas assez, un colis fragile entre les mains. Il faut être attentif, mais ne pas laisser croire à notre enfant qu'il est le centre du monde ; il faut lui faire plaisir sans qu'il devienne blasé ; il faut équilibrer son alimentation sans le priver ; il faut lui donner confiance, mais qu'il reste humble ; il faut lui apprendre à être gentil, mais à ne pas se laisser faire ; il faut lui expliquer les choses, mais pas se justifier ; il faut qu'il se... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 mai 2018

« Un océan, deux mers, trois continents » de Wilfried N’Sondé

« Seul dans ma cabine, je me sentis lâche. Anéanti, je suffoquai sous les hoquets répétés de mes propres sanglots et étouffai mes cris. Les larmes de dépit se transformèrent en une sorte de rage, un sentiment nouveau, l’envie de riposter, que la colère contenue dans ma gorge rejoigne un jour la fureur des hurlements des esclaves, et que l’écho de nos cris conjugués résonne si fort qu’il effraie les bourreaux ». Dans la basilique Sainte-Marie-Majeure de Rome se trouve un buste en marbre appelé Nigrita. Ce buste représente... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 06:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
11 mai 2018

« Paris-Venise » de Florent Oiseau

« J’ai filé un verre de mousseux au gars, qui s’est trouvé très fier d’avoir le droit à un privilège réservé à la première classe. Il tournoyait dans le wagon avec son verre bien haut, bien visible des autres. Il m’a même semblé le voir prendre un selfie avec ses trois centilitres de mousseux gratos. Ça aussi, c’est très français. On crache sur l’argent et les avantages de ceux qui en ont, on s’invente des idéaux pour justifier notre frustration de pauvre, mais quand on goûte, l’espace d’une seconde, aux trucs réservés aux... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]