15 avril 2018

« Une immense sensation de calme » de Laurine Roux

« Avec les années, Baba réapprit à vivre. Les enfants grandirent. Ils se marièrent, donnèrent naissance aux petits-enfants. Une nouvelle génération naquit. La vie reprit ses droits. Sans que personne ne l’ait jamais décrété, il fut décidé que la guerre devait être effacée des mémoires. Nous étions la première génération du Grand-Oubli. Nous ignorerions les Invisibles. Ce soir-là, j’avais promis à Baba de conserver le secret. Elle avait laissé planer le nom en suspens, si bien qu’on aurait pu croire à un résidu de peine. De... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 avril 2018

« Tant bien que mal » d’Arnaud Dudek

    « Allumer, éteindre dix fois la petite lampe torche que ma mère m’a offerte quelques semaines plus tôt pour m’éviter de me cogner à une porte ou à un fantôme quand, à trois ou quatre heures du matin, je décide de me rendre aux toilettes. Vérifier dix fois que ce maudit lacet se trouve dans la table de nuit, et qu’il y a une clé au bout. Caresser dix fois la clé. Lorsque parfois je me trompe dans l’ordre du rituel, je dois tout recommencer. Sinon il reviendra me chercher, et je retournerai avec ». L’auteur... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:04 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
25 février 2018

« Les justes » d’Albert Camus

« DORA. Une seconde où tu le regarderas ! Oh ! Yanek, il faut que tu saches, il faut que tu sois prévenu ! Un homme est un homme. Le grand-duc a peut-être des yeux compatissants. Tu le verras se gratter l’oreille ou sourire joyeusement. Qui sait, il portera peut-être une petite coupure de rasoir. Et s’il te regarde à ce moment-là… KALIAYEV. Ce n’est pas lui que je tue. Je tue le despotisme. DORA. Bien sûr, bien sûr. Il faut tuer le despotisme. Je préparerai la bombe en scellant le tube, tu sais, au moment le... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 janvier 2018

« Éclipses japonaises » d’Éric Faye

« Revoir le Japon ! Une sensation de malaise innerve ce commencement de joie. Comment ferai-je pour leur expliquer, là-bas au Japon, la vie que j’ai menée ici tout ce temps, se dit-elle. Oui, comment comprendront-ils ? Ils ne comprendront pas. Ceux qui nous attendent préféreraient sans doute que nous revenions décharnés, dans la tenue rayée des survivants des camps, marchant comme des automates… Mais voilà, ils nous ont bien nourris, ici, ils nous ont même mariés, Jim et moi, ils ne nous ont pas fait de mal ;... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 15:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
27 janvier 2018

« Tu comprendras quand tu seras plus grande » de Virginie Grimaldi

« Ils ont été jeunes eux aussi. Ils ont eu mon âge. Ils ont eu des projets, des fous rires, des galères, ils ont fait l'amour, ils ont eu des parents, des amis, des bébés. Ils ont eu une vie. Il y a cinquante ans, eux non plus ne pensaient pas être vieux un jour.  J'ai longtemps vu les personnes âgées uniquement comme des personnes âgées, en faisant fi des personnes qui se cachaient sous leurs cheveux gris. Un jour, peut-être, quelqu'un regardera les photos d'une mamie en prenant conscience qu'elle a été jeune. Qu'elle... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
16 janvier 2018

« Le caillou » de Sigolène Vinson

« Vous avez vraiment besoin que je sois fou, hein ? Il faut que vous sachiez, la dernière fois, j'ai surpris la concierge en train d'arroser les plantes de la cour alors qu'il pleuvait. Les gens font comme ils peuvent avec la vie. Arroser des plantes sous la pluie ou se balader avec une serpillière dans une serviette en cuir, c'est un moyen de tenir. Parce qu'il faut quand même bien qu'on tente d'aller jusqu'au bout. Vous-même, je suis sûr que vous avez des trucs pour ne pas sombrer ». J’ai découvert l’auteure lors de la... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 janvier 2018

« Histoire du lion Personne » de Stéphane Audeguy

« Alors Pelletan se fit cette réflexion qu’il y avait sur terre deux âmes plus solitaires que la sienne, puisqu’Hercule et Personne, en dépit de leur destinée singulière, de leur insolite amitié – ou fallait-il dire, en raison de cela ? – n’appartenaient désormais plus à aucune société. Ces deux êtres si rares ne devaient-ils pas être protégés non seulement de la méchanceté des hommes, mais aussi de la férocité des animaux sauvages, de la peur des animaux domestiques, de leur propre inadaptation, en somme, à quelque monde... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
09 janvier 2018

« Petit ailleurs » du collectif aNTIDATA

Ce n’est jamais simple de commenter un recueil de nouvelles. Je vais donc commencer par la maison d’édition pour retarder l’échéance.  aNTIDATA est une maison d’édition que je ne connaissais pas il y a quelques mois. Je l’ai découverte grâce à Gilles Marchand.  Ayant comme beaucoup apprécié les romans de Gilles, je me suis lancée à la découverte de ses productions précédentes et je suis tombée sur le désopilant et tendre Dans l’attente d’une réponse favorable. C’est là que j’ai vu que chaque année, la maison publie un... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2017

« J’ai tué papa » de Mélanie Richoz

« J’oublie tout ; Le pourquoi de ces je-n’y-arrive-pas, le pourquoi de mes coups de pied soudainement jetés à tout-va, de mes cris, de ma rage rouge. De ma disparition dans un ailleurs où je suis à l’abri, apaisé. Enfin. Loin de cet atelier à la noix qui ne sert à rien, loin de tout. Des gens, des voix, des sons, de la lumière et des odeurs. Et j’ignore comment je me retrouve une heure plus tard, allongé dans mon lit, les chevilles brûlantes, en train de cligner des paupières, encore et encore. Mes yeux, interrupteurs... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 novembre 2017

« La femme brouillon » d’Amandine Dhée

« Lors d’une réunion familiale, un cousin propose d’échanger ma place avec la sienne ? Comme ça, vous pourrez parler de bébés, dit-il en désignant sa compagne qui nourrit leur fille sur une chaise haute. En quelques mots, il dresse d’invisibles frontières, celles qui désignent la place des femmes et ce dont elles sont autorisées à parler. Est-ce que j’ai fait tout ce chemin pour ça ? Discuter poupons entre femmes pendant que les hommes picolent à côté ? Je lui en veux à lui, à elle, je la méprise. Je voudrais... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 11:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]