16 janvier 2018

« Le caillou » de Sigolène Vinson

« Vous avez vraiment besoin que je sois fou, hein ? Il faut que vous sachiez, la dernière fois, j'ai surpris la concierge en train d'arroser les plantes de la cour alors qu'il pleuvait. Les gens font comme ils peuvent avec la vie. Arroser des plantes sous la pluie ou se balader avec une serpillière dans une serviette en cuir, c'est un moyen de tenir. Parce qu'il faut quand même bien qu'on tente d'aller jusqu'au bout. Vous-même, je suis sûr que vous avez des trucs pour ne pas sombrer ». J’ai découvert l’auteure lors de la... [Lire la suite]
Posté par Lepetitmouton à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 janvier 2018

« Histoire du lion Personne » de Stéphane Audeguy

« Alors Pelletan se fit cette réflexion qu’il y avait sur terre deux âmes plus solitaires que la sienne, puisqu’Hercule et Personne, en dépit de leur destinée singulière, de leur insolite amitié – ou fallait-il dire, en raison de cela ? – n’appartenaient désormais plus à aucune société. Ces deux êtres si rares ne devaient-ils pas être protégés non seulement de la méchanceté des hommes, mais aussi de la férocité des animaux sauvages, de la peur des animaux domestiques, de leur propre inadaptation, en somme, à quelque monde... [Lire la suite]
Posté par Lepetitmouton à 08:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
09 janvier 2018

« Petit ailleurs » du collectif aNTIDATA

Ce n’est jamais simple de commenter un recueil de nouvelles. Je vais donc commencer par la maison d’édition pour retarder l’échéance.  aNTIDATA est une maison d’édition que je ne connaissais pas il y a quelques mois. Je l’ai découverte grâce à Gilles Marchand.  Ayant comme beaucoup apprécié les romans de Gilles, je me suis lancée à la découverte de ses productions précédentes et je suis tombée sur le désopilant et tendre Dans l’attente d’une réponse favorable. C’est là que j’ai vu que chaque année, la maison publie un... [Lire la suite]
Posté par Lepetitmouton à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2017

« J’ai tué papa » de Mélanie Richoz

« J’oublie tout ; Le pourquoi de ces je-n’y-arrive-pas, le pourquoi de mes coups de pied soudainement jetés à tout-va, de mes cris, de ma rage rouge. De ma disparition dans un ailleurs où je suis à l’abri, apaisé. Enfin. Loin de cet atelier à la noix qui ne sert à rien, loin de tout. Des gens, des voix, des sons, de la lumière et des odeurs. Et j’ignore comment je me retrouve une heure plus tard, allongé dans mon lit, les chevilles brûlantes, en train de cligner des paupières, encore et encore. Mes yeux, interrupteurs... [Lire la suite]
Posté par Lepetitmouton à 08:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
19 novembre 2017

« La femme brouillon » d’Amandine Dhée

« Lors d’une réunion familiale, un cousin propose d’échanger ma place avec la sienne ? Comme ça, vous pourrez parler de bébés, dit-il en désignant sa compagne qui nourrit leur fille sur une chaise haute. En quelques mots, il dresse d’invisibles frontières, celles qui désignent la place des femmes et ce dont elles sont autorisées à parler. Est-ce que j’ai fait tout ce chemin pour ça ? Discuter poupons entre femmes pendant que les hommes picolent à côté ? Je lui en veux à lui, à elle, je la méprise. Je voudrais... [Lire la suite]
Posté par Lepetitmouton à 11:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 novembre 2017

« L’ardoise magique » de Valérie Tong Cuong

« Le jour où j’ai décidé de vivre est aussi celui où j’ai perdu officiellement toute raison d’exister. Le tout s’est produit un mercredi matin, dans un intervalle d’un centième de seconde, comme une gigantesque claque du destin ». Mina vient tout juste d’avoir dix-huit ans. Elle a un passé difficile et les relations avec son oncle et surtout sa tante sont compliquées. Au lycée, elle est transparente. Au milieu de l’année scolaire, la jeune Alice débarque et s’intéresse à elle. Elles deviennent amies. Aux yeux de Mina,... [Lire la suite]
Posté par Lepetitmouton à 14:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 octobre 2017

« Les hautes lumières » de Xavier de Moulins

Coup de cœur – rentrée littéraire 2017 « Quatre FIV, quatre échecs, Nina éprouve de la honte devant le soutien infaillible de son mari aimant. Devant la patience, le flegme et les silences qu’il oppose, imperturbable, à ses torrents de larmes et à ses cris. Cette patience inhumaine des types bien. Tahar est un garçon si fiable. - Pourquoi tu t’acharnes, hein ? Pourquoi t’es encore là ? Tu l’as vu, mon corps ? Comment peux-tu supporter ça ? Qu’est-ce qu’il attend, le taxi, pour aller chercher de l’essence... [Lire la suite]
Posté par Lepetitmouton à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
11 juillet 2017

« Arrête avec tes mensonges » de Philippe Besson

« La question s’est imposée d’elle-même : pourquoi moi ? Les images se bousculent : les lunettes du myope, le pull jacquard informe, l’élève tête à claques, les trop bonnes notes, les gestes de fille. La question se justifie. Il dit : parce que tu n’es pas du tout comme les autres, parce qu’on ne voit que toi sans que tu t’en rendes comptes. Il ajoute cette phrase, pour moi inoubliable : parce que tu partiras et que nous resterons ». Arrête avec tes mensonges était la phrase que la mère de... [Lire la suite]
Posté par Lepetitmouton à 21:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
09 juillet 2017

« Je ne sais pas dire je t’aime » de Nicolas Robin

« C'est une célibataire parmi des millions, mais les millions ont parfois du mal à se rencontrer. Ils ne s'entrechoquent pas à Monoprix devant le rayon des surgelés ». « La tête haute, elle s’observe dans le miroir sous le néon. Ce n’est guère flatteur. Le cheveu terne, la paupière qui tombe un peu, les seins petits. Rien de glamour, d’hollywoodien. Mais si elle prend du recul, comme le lui a dit sa psy, elle voit bien que ce pourrait être pire. Elle pourrait être une chanteuse de karaoké aux cheveux gras et à la... [Lire la suite]
Posté par Lepetitmouton à 15:48 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 juillet 2017

« Père inconnu » de Patrick Denys

Premier roman « Personne ne m’a appris à dire papa. Je n’ai jamais prononcé ce mot en regardant qui que ce soir, sauf une fois, c’était par erreur. Je crois pourtant avoir ressenti très tôt le désir de quelque chose que je ne saurais décrire, un besoin de lien sans doute, par des bribes de mots, du toucher, des embrassements, de l’odeur peut-être. J’ai lu quelque part le récit d’une découverte étrange : faute de la présence de leur mère, des oisillons s’étaient attachés aux bottes de leur expérimentateur. Moi, je crois... [Lire la suite]
Posté par Lepetitmouton à 23:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]