18 août 2018

« Elle voulait juste marcher tout droit » de Sarah Barukh

« La vie n'est pas décevante tu sais, c'est l'écart entre ce que nous projetons et la réalité qui est intolérable ». Alice a 5 ans et vit avec sa nourrice Jeanne à la campagne. Elle mène une vie plutôt insouciante, faite de petits conflits d’enfants. Cependant, ne pas connaître sa maman la travaille. Et pourquoi Jeanne est troublée quand les Allemands la questionnent un peu trop ? À toutes ces questions, elle n’obtient jamais de réponses car elle est considérée comme trop petite pour comprendre. Elle s'agace... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 11:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 août 2018

« Les cosmonautes ne font que passer » d’Elitza Gueorguieva

« Sur le chemin du retour, le soupir de ton grand-père communiste nostalgique continue de résonner dans tes oreilles comme un souffle qui remue les sapins du film soviétique ou comme les vagues de la mer Rouge en pleine tempête. Tu as envie d’accomplir son rêve, à sa place, malgré le retard, bien que tu n’aies aucune idée de comment t’y prendre. Tu lèves le regard – ta balade pensive t’a menée sur le terrain de jeux derrière ton immeuble, droit devant la fusée en métal rouillé. Tu lui tournes autour, plusieurs dizaines de fois,... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 août 2018

« Juliette de Saint-Tropez » de Valentin Spitz

« D’elle on m’a tout dit. Qu’elle était nymphomane, folle, égoïste. Qu’elle avait eu mille amants. Qu’elle avait dirigé des entreprises. Qu’elle avait été extraordinaire. Qu’elle avait été monstrueuse. Qu’elle les avait écrasés. Qu’elle les avait sauvés. Qu’elle avait été la plus belle femme du monde. Qu’elle avait eu Paris et les hommes à ses pieds. Les femmes aussi. Qu’elle avait eu des chiens et des grosses voitures. Qu’elle s’était appelée Nicole. Puis Juliette. Qu’elle avait fait le tour du monde. Qu’elle avait préféré son... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
01 août 2018

« Le poids du monde est amour » de David Thomas

« Ce n’est pas tant la vie quotidienne avec quelqu’un qui me manque depuis que je suis célibataire, c’est que quand je rentre chez moi, jamais personne ne m’attend ». Si vous cherchez un recueil de nouvelles et plus précisément de microfictions, voici le recueil P.A.R.F.A.I.T et sur ce thème si universel qu’est l’amour. Comme le rappelle si bien l’auteur, l’amour est « dans notre désir de vivre », il méritait donc qu’on l’explore dans ses différentes facettes : la rencontre amoureuse, l’absence d’amour, l’amour... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juillet 2018

« Hâte-toi de vivre » de Laure Rollier

« La voix que j’entendis dans mon dos me glaça les veines. Je compris immédiatement, cette fois-ci, que je ne rêvais pas : elle était bien là. Ma grand-mère, Lina Tricani, la mère de mon père, cette même mamie qui me faisait rire aux éclats, que l’on ne voyait pas beaucoup à la maison, mais dont je me souviens parfaitement de l’odeur. L’odeur si délicate de son parfum que je n’ai jamais osé prendre sur la table de nuit lorsqu’elle dormait chez nous. Pourtant, je l’ai regardé des milliers de fois, ce flacon. Cette femme... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 juin 2018

« Le jeu d’échecs » d’Edith Thomas

    « J’ai cherché l’amour avec une persévérance qui m’étonne, mais aussi une lucidité qui m’empêchait de le trouver. Peu importe ici le détail de ces rencontres approximatives où je comprenais trop bien que c’était l’amour que je cherchais à travers un homme, et que cet homme n’était pas celui qui m’en montrerait le véritable chemin. Il aurait fallu qu’il se proposât, au-delà de lui-même, un but qui le dépassât et que j’eusse pu, sans déchoir, tenter de l’atteindre à sa suite. Mais je retombais toujours à cette... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 10:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juin 2018

« Ta vie ou la mienne » de Guillaume Para

« Écoute. On en va pas se mentir : ça ne sert à rien d’essayer, tous les deux. Toi aussi tu me plais, t’es la plus jolie fille de ce putain d’endroit, mais ça ne marchera pas. Tu sais pourquoi ? Parce que les « jeunes de banlieue », leur vie pue, et tu t’en rendras compte bien assez tôt. Ça pue la merde dans nos cages d’escalier, nos parents puent la sueur quand ils rentrent du boulot, nos salons puent le désodorisant pour chiottes. Moi-même, je pue la défaite. Tu crois qu’être pauvre, c’est quoi ? Être... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 10:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
20 mai 2018

« J’ai déserté le pays de l’enfance » de Sigolène Vinson

« Mon enfance m’avait fait croire que j’avais tous les pouvoirs, or je n’avais jamais sauvé personne, pas même moi dont le seul réconfort était le souvenir de ce petit pays d’Afrique. Adulte, je pensais que travailler pour rien était la dette que je devais au monde. J’avais été enfant là où l’Homme était né, je savais ce qu’exister voulait dire, ce que les gens d’ici avaient oublié, ce qu’ils ne pouvaient même plus concevoir. Alors, j’allais les aider, peut-être pas à devenir libres, mais à les sortir de la nécessité et du... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 09:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mai 2018

« Il est grand temps de rallumer les étoiles » de Virginie Grimaldi

« Les parents sont des funambules. On marche sur un fil tendu entre le trop et le pas assez, un colis fragile entre les mains. Il faut être attentif, mais ne pas laisser croire à notre enfant qu'il est le centre du monde ; il faut lui faire plaisir sans qu'il devienne blasé ; il faut équilibrer son alimentation sans le priver ; il faut lui donner confiance, mais qu'il reste humble ; il faut lui apprendre à être gentil, mais à ne pas se laisser faire ; il faut lui expliquer les choses, mais pas se justifier ; il faut qu'il se... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
15 avril 2018

« Une immense sensation de calme » de Laurine Roux

« Avec les années, Baba réapprit à vivre. Les enfants grandirent. Ils se marièrent, donnèrent naissance aux petits-enfants. Une nouvelle génération naquit. La vie reprit ses droits. Sans que personne ne l’ait jamais décrété, il fut décidé que la guerre devait être effacée des mémoires. Nous étions la première génération du Grand-Oubli. Nous ignorerions les Invisibles. Ce soir-là, j’avais promis à Baba de conserver le secret. Elle avait laissé planer le nom en suspens, si bien qu’on aurait pu croire à un résidu de peine. De... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]