23 janvier 2016

« Oh la vache ! » de David Duchovny

« Et je me demandais si j'étais le dernier animal sur terre à comprendre que les humains nous mangent tous et que, pis encore, ils jettent la plus grande part de nous sans même nous manger, nous jettent comme des déchets sans intérêt. Enfin quoi, si on va me tuer pour que je serve de nourriture, au moins mangez-moi et chiez-moi et laissez-moi rejoindre le cycle de la nature. Ne me tuez pas sans raison valable. Et c'est alors que je l'ai vu – un hamburger à moitié entamé. Et c'est alors que moi aussi j'ai pété un câble. Je... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 22:44 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

20 janvier 2016

« Le piano dans l'éducation des jeunes filles » de Stéphane Barsacq

Volodia est professeur de littérature. Pour combler une vie plutôt plate, il se lance dans la rédaction d'un ouvrage sur l'éducation des jeunes filles, soutenu par Anténor son directeur de thèse et Hérode, un écrivain aussi flamboyant que grossier. Entouré de son ami Julien et d'Alexeï, une connaissance plutôt mystique, il nourrit sa thèse de ses propres expériences amoureuses. Le hasard fait qu'il tombe amoureux de deux pianistes aux personnalités bien distinctes. Nous avons tout d'abord Sonia, une fille extravertie,... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 janvier 2016

« Allegra» de Philippe Rahmy

« Que de fois n'arrive-t-il pas, dans le cours de notre vie, que le mal que nous cherchons le plus à éviter, et qui nous paraît le plus terrible quand nous y sommes tombés, soit la porte de notre délivrance, l'unique moyen de sortir de notre affliction !  ». Cet extrait, emprunté au début du roman à Daniel Defoe, illustre parfaitement les sentiments d'Abel, le narrateur. Londres, à la veille de l'ouverture des JO. Abel, français expatrié, est en plein marasme professionnel et personnel : Firouz, son... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 janvier 2016

« L'ombre de nos nuits » de Gaëlle Josse

« Comment un peintre aborde-t-il un sujet ? Comme un nouvel amour ? Collision frontale ou lente infusion ? La claque ou la pieuvre ? Le choc ou la capillarité ? Plein soleil ou clair-obscur ? Toi, tu m’avais éblouie. Ensuite, je me suis aveuglée.  » Ce nouveau roman de Gaëlle Josse nous raconte deux histoires parallèles. Il y a d'un côté le récit de la création par George de la Tour du tableau Saint Sébastien soigné par Irène – avec comme narrateurs George et son apprenti Laurent – et d'un autre côté le récit d'une... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 12:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 janvier 2016

« En attendant Bojangles » d'Olivier Bourdeaut

Coup de cœur – Hiver littéraire 2016 Premier roman   « C'était à peine visible à l'oeil nu, mais il y avait un changement d'air, d'humeur autour d'elle. Nous n'avons rien vu, seulement senti. Sur elle, il y avait de petits riens, dans ses gestes, le clignement de ses cils, ses applaudissements, un tempo différent. Au début, pour ne pas mentir, nous n'avons rien vu, seulement ressenti. Nous nous étions dit que son originalité continuait à monter les escaliers, qu'elle avait atteint un nouveau palier. (…) Alors nous avons... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 13:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
09 janvier 2016

« L'arbre du pays Toraja » de Philippe Claudel

Coup de cœur – Hiver littéraire 2016 « Il me semble aujourd'hui que, grâce à ce récit libre dans sa forme, dans son agencement et dans son déroulé, non seulement je force Eugène à rester auprès de moi, je le maintiens sous une sorte de respirateur artificiel, dans un coma qui n'est pas tout à fait la mort, mais je reprends aussi les travaux de la maison. J'avance sans doute moins vite, et travaille moins bien que lorsque nous étions deux. Mais je continue. Dans le même mouvement, le texte devient le lieu de notre... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 15:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
08 janvier 2016

« Celle que vous croyez » de Camille Laurens

«La différence , c'est que tous les hommes ont un avenir. Toujours. Un à-venir. UN avenir sans nous. Les hommes meurent plus jeunes. Peut-être. Mais ils vivent plus longtemps. J'ai lu que sur les sites de rencontres, la frontière entre quarante-neuf et cinquante ans est pour les femmes le gouffre où elles s'abîment. À quarante-neuf ans, elles ont en moyenne quarante visites par semaine, à cinquante ans elles n'en ont plus que trois. Et pourtant, rien n'a changé, elles sont les mêmes, avec un an de plus. Vous connaissez le... [Lire la suite]