IMG-7520

« Maman se meurt première personne. Elle disait malaxer malaxer la farine avec trois œufs dedans et un yaourt nature. Papa l’a tuée deuxième personne. Infinitif et radical. Chloé se tait troisième personne. Elle ne parlera plus qu’au futur antérieur. Car quand s’exécuta enfin le parricide il fut trop imparfait pour ne pas la marquer ».

Dès les premières lignes, c’est le Verbe qui surprend, nous colle au récit, nous malmène. Le doute puis la magie opère ; Chloé Delaume parvient à nous emporter. La petite fille en manque d’affection, maltraitée – l’« Antigéniture » – assiste à neuf ans à l’« avortement parental » : l’assassinat de sa mère par son père et le suicide de ce dernier dans la foulée. Devant ses yeux. Le visage éclaboussé par la cervelle paternelle. Fin de l’acte I.

La « poupée posttraumatique » est recueillie chez son oncle et sa tante qu’elle appelle « les hébergeurs ». Une adolescence chaotique, rebelle. L’incompréhension. Serait-elle un peu barrée ? Aurait-elle hérité de ce « grain » de folie paternel, elle, le mica, le quartz, l’enfant du limon dont le larynx est obstrué avec du sable ? Pas un cri ne sort mais, le temps coule et le sablier n’a pas dit son dernier mot. Fin de l’acte II.

Un foyer qu’elle quitte rapidement, une vie d’adulte qui commence, un mariage bancal. Mais, la métamorphose s’opère. Chloé prend une majuscule, se forge une identité et écrit pour crier ce qu’elle n’a pas su dire jusqu’alors. Fin de l’acte III et la naissance d’un écrivain qui fait de sa vie un matériau littéraire incroyable. Le Verbe pour se réapproprier son histoire. Avoir la main, ne plus subir, ne plus être spectatrice. Ne pas être une victime, comme sa mère. Une vie comme un récit mythologique.

L’écriture se fait performative : pas de virgule, une syntaxe chamboulée, des phrases comme des vers, un rythme poétique et libre, des répétitions, un vocabulaire pointu qui côtoie des mots tranchants que l’on se prend en pleine gueule. Si l’écriture du cri existe, nul doute que Chloé Delaume l’a trouvée et en a fait son idole.

Chloé Delaume – Le cri du sablier – Folio – 128p