23 mars 2019

« Un homme à sa fenêtre » de David Thomas

« Lors de ces quelques secondes on ne peut mentir à personne, on est là dans le noyau, l’atome de ce que l’on est, on ne peut pas contrôler ça, comme lorsque l’on éternue ou que l’on chute. S’expose alors la plus pure révélation à soi. C’est uniquement ce visage-là qui m’intéresse chez les autres. J’aimerais avoir accès à ce visage-là. Parce qu’on n’est jamais autant soi-même qu’avec le visage que l’on prend quand on jouit ». J’ai découvert David Thomas l’été dernier avec son recueil de microfictions Le poids du monde... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 09:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mars 2019

« Les miroirs de Suzanne » de Sophie Lemp

« Suzanne laisse les souvenirs l’assaillir en pensant à ces mots de Barbara rester bien à l’intérieur de soi. L’écriture peut-être le lui permettra. Rassembler. Pour avancer. Avoir peur mais avancer toujours ». Sophie Lemp ne cherche pas à nous en mettre plein la vue en nous livrant ses courts romans, ses petites histoires. Non. Sophie Lemp cherche autre chose de bien plus intéressant : nous faire entrer dans son monde tendre, délicat, parfois sombre. Un monde où ses personnages sont faillibles, remplis de doutes, de... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mars 2019

« Un cadenas sur le cœur » de Laurence Teper

« Sans cesse Claire pensait à ce mensonge ; la nuit quand elle se réveillait, le jour quand elle rêvassait ; quand elle voyait son père et son frère, et quand elle ne les voyait pas. Elle y pensait quand on lui parlait de son père, elle y pensait quand on lui parlait de sa mère, elle y pensait quoi qu’on lui dise. Ce mensonge était un cadenas. Sur sa tête. Sur son cœur. Sur son ventre ». « Toute vérité franchit trois étapes. D'abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition. Puis, elle est... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 mars 2019

« Une histoire érotique de la psychanalyse » de Sarah Chiche

Pas simple de parler d’un ouvrage qui recense autant d’informations sur la psychanalyse depuis les pionniers. Nous pouvons en revanche affirmer que les femmes ont toujours été un moteur et ce depuis les débuts. N’est-ce pas d'ailleurs grâce aux études sur l’hystérie féminine que Freud est devenu psychanalyste ? Sarah Chiche montre à travers cet ouvrage le rôle important des femmes dans la construction de cette discipline. Elles ont été des théoriciennes, des créatrices, des penseuses, des initiatrices. Pour la plupart... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mars 2019

« Maritima » de Sigolène Vinson

Je suis un vaste plan d’eau de 20 km de long et je pèse 980 millions de m3. Je suis né d’une remontée des eaux datant de la dernière glaciation. Je suis célèbre depuis l’Antiquité, depuis que Pline l’Ancien m’a inscrit dans le livre III de ses Histoires naturelles. Je suis le stagnum Mastromela où se situait une ville gallo-romaine : Maritima Avaticorum. Oh je vous rassure, je ne cherche pas à vous en mettre plein la vue, je me connais grâce à Wikipedia. Je n’ai aucune notion de ce que je suis, hormis... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 11:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 mars 2019

« Amour propre » de Sylvie Le Bihan

« Il y a dans la vie un temps pour agir, par instinct, par volonté, par hasard ou par devoir, un temps déterminé pour chaque palier, ensuite arrive celui de réfléchir, de revenir sur ce qu’on a fait, d’analyser froidement ce qu’on a réussi ou raté et, si c’était à refaire et malgré l’amour que je porte à mes enfants, je pense honnêtement que je ferais tout différemment, sans eux ». Sylvie Le Bihan est une femme qui me fascine. Elle est toujours de bonne humeur, toujours pleine d’humour et attentive aux autres. Elle n’a pas... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 09:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 mars 2019

« L’odeur du chlore » d'Irma Pelatan

« Je veux parler du corps, de la mesure du corps. Ce corps changeant, depuis la plus petite enfance, ce corps qui constamment devient, ce corps qui m’échappe. Le contraire de la stabilité, le lieu des marées. Mon corps qui dit, qui signifie ce que je ne sais pas mettre en mots, ce message sans doute si terrifiant, si déformant.[…] Comment mon corps peut-il être mystère à moi-même ? Je cède le pouvoir, depuis toujours, je laisse d’autres gouverner mon corps, lui imposer des rythmes, des récits, des attitudes. Mon corps... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mars 2019

« La tendresse du crawl » de Colombe Schneck

« Il m’a appris que j’avais un corps. Avant de le rencontrer, je n’avais pas de corps, mes bras, mes jambes, mon cou, sont une partie, de moi, négligeable. Je ne les connais pas, je ne les sens pas, je n’y fais pas attention, me tiens mal, courbée, tordue. Je le nourrissais, je l’activais un peu par quelques mouvements physiques, de la marche, du vélo. Il me répétait, ton corps a autant d’importance que ton esprit. J’étais étonnée […] J’ai été élevée ainsi, on n’a pas de corps, on ne le touche pas, il est honteux, risible de... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 06:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 mars 2019

Les 10 ans du blog

10 ans. J’ai ouvert ce blog il y a 10 ans sans savoir ce qu’il allait m’apporter. Je n’y croyais tellement pas que je lui ai donné un nom improbable : Les lectures du mouton. 🤦🏻‍ En 2009, nous étions une poignée. On tâtonnait, on faisait les choses à l’instinct pour le meilleur et parfois pour le pire. Quand je relis mes plus anciennes chroniques, j’ai un peu honte. Si aujourd’hui je n’estime pas écrire des chroniques d’anthologie, je mesure tout de même la différence. En 2009, les réseaux sociaux étaient encore en... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 06:03 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
03 mars 2019

« Frère d’âme » de David Diop

« La France du capitaine a besoin que nous fassions les sauvages quand ça l’arrange. Elle a besoin que nous soyons sauvages parce que les ennemis ont peur de nos coupe-coupe. Je sais, j’ai compris, ce n’est pas plus compliqué que ça. La France du capitaine a besoin de notre sauvagerie et comme nous sommes obéissants, moi et les autres, nous jouons les sauvages. Nous tranchons les chairs ennemies, nous estropions, nous décapitons, nous éventrons. La seule différence entre mes camarades les Toucouleurs et les Sérères, les... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 10:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]