IMG-5408

« Suzanne laisse les souvenirs l’assaillir en pensant à ces mots de Barbara rester bien à l’intérieur de soi. L’écriture peut-être le lui permettra. Rassembler. Pour avancer. Avoir peur mais avancer toujours ».

Sophie Lemp ne cherche pas à nous en mettre plein la vue en nous livrant ses courts romans, ses petites histoires. Non. Sophie Lemp cherche autre chose de bien plus intéressant : nous faire entrer dans son monde tendre, délicat, parfois sombre. Un monde où ses personnages sont faillibles, remplis de doutes, de douleurs, de cicatrices qu’ils tentent de surmonter au mieux.

Dans ce nouveau roman, nous avons Suzanne qui, à la suite d’un cambriolage, voit les cahiers intimes de son adolescence disparaître. C’est une partie importante de sa vie qui s’enfuit, celle de son amour pour Antoine. Ne serait-ce pas un signe pour cette quadragénaire pour mettre à nouveau des mots sur cette passion ?

En parallèle, nous avons Martin un livreur de restauration. Il a abandonné ses études, sa famille et semble meurtri. Il découvre dans une poubelle les cahiers de Suzanne. Il ne se doute pas qu’ils lui apporteront beaucoup.

Un roman touchant où l’autrice évoque les sentiments avec sincérité, la difficulté d'être et l'écriture comme résilience. Les musiques de Barbara, Alain Bashung, Leonard Cohen, Alain Souchon viennent ponctuer admirablement le récit. J’ai une fois de plus été conquise par sa plume.

Sophie Lemp – Les miroirs de Suzanne – Allary éditions – 200p