18 décembre 2018

« Deux heures » de Sylvia Rozelier

« Tu ne t’es jamais sentie comme elles, les autres femmes, les autres mères qui parlent de leur amour. Cette chose qu’elles mettent en mots et qui te laisse toujours comme une impression confuse de malaise, d’imposture. Sentiment qu’accompagnent tant de superlatifs et qui t’a toujours paru polymorphe et évolutif, avant tout personnel. Une découverte de chaque instant, rien moins qu’une évidence donnée pure et belle. Lorsqu’elles en parlent les femmes, les mères, tu te sens exclue de cette poussée de sève, de vie,... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 06:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 décembre 2018

« Quand Dieu boxait en amateur » de Guy Boley

« À l’issue d’un temps indéterminé, le soir et la fatigue tombant, les paupières plombées par la chaleur et par le silence de cette chambre insonorisée et comme toutes surchauffées, je ne savais plus très bien de ces deux mains laquelle était mienne, laquelle était sienne. Mystère de la matière, de nos viandes, de nos naissances, de nos enfantements, de ces milliers d’atomes qui tissent un fragment de peau, couleur, odeur et texture comprises. Je me savais son fils, né de sa sueur, de son courage, de son esprit entreprenant,... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 13:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 décembre 2018

« Des mots de contrebande » d’Alain Cadéo

    « Le talent est une sale bête sauvage impossible à apprivoiser. Être habité, ne serait-ce qu’un instant, par cette loutre souple, électrique, joueuse et sans cesse affamée, plongeant dans tous les sens, est un ravissement qui confine au sacré. Mais tu as beau feinter, finasser, travailler, pour la garder à tes côtés, elle glisse et s’enfuit et te laisse lourdaud, dans ton affreux marigot croupissant, pour courir les eaux vives ». Je n’avais jamais lu Alain Cadéo ou du moins je n’avais lu aucun de ses livres... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 10:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 décembre 2018

« Et j’abattrai l’arrogance des tyrans » de Marie-Fleur Albecker

« C'est l'histoire de Johanna Ferrour, c'est l'histoire de Richard Plantagenêt le deuxième, c'est l’histoire d'un paysan, c'est l'histoire de John Ball et de Wat Tyler, c'est l'histoire du mois de juin 1381, c'est l'histoire du mois de juin 1381, c'est l'histoire des Jacques, des Tuchins, des Remensas, des Hussites, des Rustauds, c'est l'histoire des soulèvements des gens ordinaires, c'est une histoire de terres, d'injustice, de liberté, de foi et d'horizons perdus ». Voilà une primo-romancière qui n’a pas froid aux... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 14:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 décembre 2018

Idées cadeaux pour Noël

Aujourd’hui, jour de la saint Nicolas, je vous mets sept idées cadeaux pour Noël. Je n’ai pas voulu mettre en avant ceux qui font l’actualité littéraire de cette fin d’année. Je vous propose sept livres que j’ai adorés, que je continue à offrir ou à conseiller. Sept univers différents mais qui vous emmènent dans ce qu’il y a de plus beau dans la littérature. Hormis l’un d’entre eux (pour le moment), ils sont tous en poche et vous pourrez remarquer qu’un classique se cache aussi dans la liste.   ► Le caillou de Sigolène Vinson... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 14:07 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
05 décembre 2018

« Prendre corps » de Catherine Voyer-Léger

    « Vergetures. Elles sont neuves. Bleu clair. Mes seins savent bien qu’on s’y habitue… Que ça range, ça se chair, avec le temps. Les traces d’un enfant que je n’aurai pas. Combien d’année peut-on grossir en vain pour digérer un deuil comme celui-là ? » Le corps. Nous parlons de notre enveloppe charnelle au singulier. Systématiquement. Pourtant, nous pourrions utiliser le pluriel. Parce que le corps prend des formes diverses et variées selon le temps, l’âge. Il est protéiforme. Mais surtout, il est... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]