alaincadeo

 

« Le talent est une sale bête sauvage impossible à apprivoiser. Être habité, ne serait-ce qu’un instant, par cette loutre souple, électrique, joueuse et sans cesse affamée, plongeant dans tous les sens, est un ravissement qui confine au sacré. Mais tu as beau feinter, finasser, travailler, pour la garder à tes côtés, elle glisse et s’enfuit et te laisse lourdaud, dans ton affreux marigot croupissant, pour courir les eaux vives ».

Je n’avais jamais lu Alain Cadéo ou du moins je n’avais lu aucun de ses livres mais j’avais déjà croisé ses mots à travers les photos de sa femme sur les réseaux sociaux. Elle a souvent posté des petits poèmes, des pensées, le tout en lettres manuscrites, de son mari.

Aujourd’hui, un recueil est né de ces instants de fulgurance que l’écriture permet. Ces petits textes touchants, ciselés nous convie à la réflexion sur notre monde, à faire un pas de côté pour découvrir ce qui nous entoure, à poser notre regard. Ils disent juste ce qu’il faut, avec poésie. Alain Cadéo en profite pour faire l’éloge de la littérature et de l’écriture, ses vieux compagnons de route qu’il partage avec nous lecteurs qu’il appelle les « affamés d’azur ». Il est bien vrai que nous sommes tous en quête de beauté quand nous ouvrons un livre, à la recherche d’un idéal. Alain Cadéo nous offre des petits morceaux de vie, d’envies avec une écriture élégante au charme légèrement suranné. J’ai aimé plonger dans ces phrases d’un amoureux des mots.

Alain Cadéo – Des mots de contrebande – Editions la Trace – 150p