chienloupparisnantes

« Si par chance un jour il n'y avait plus de guerre, en supposant de faire cet énorme effort d'imagination, des loups il en faudrait toujours, quitte à en réinventer ou à les faire revenir, car l'homme porte en lui le besoin de se savoir des ennemis et d'identifier ses peurs, ne serait-ce que pour fédérer les troupes ».

Le nouveau roman de Serge Joncour nous plonge dans un même et unique endroit (fictif) : le mont d’Orcières dans le Lot mais avec alternance de deux époques : 1914 et 2017.

Le roman s’ouvre sur l’année 1914. Alors que la guerre sévit, envoyant les hommes sur le front et les femmes dans les travaux des champs, Wolfgang, un dresseur de fauves allemand s’installe en haut du mont d’Orcières pour éviter que ses bêtes subissent le sort des animaux pendant le conflit. Si la guerre de 14–18 a été une guerre totale, ce n’était pas que pour les Hommes. Les animaux ont aussi été réquisitionnés, ont donné leur sueur, leur sang, leur chair pour l’effort de guerre. Les habitants voient d’un mauvais œil cet ennemi qui s’installe près d’eux. Comment peut-il nourrir de telles bêtes alors que tout manque ? N’y a-t-il pas un risque ? C’est dans cette ambiance que Joséphine, la première veuve du village se lie avec Wolfgang…

Changement d’époque. Nous sommes en 2017. Lise et Franck sont un couple de Parisiens qu’on pourrait nommer péjorativement des bobos. Lise veut partir en vacances dans un trou paumé. Guérie du cancer, elle souhaite se déconnecter de notre monde justement hyperconnecté pour se ressourcer dans la nature. Elle trouve le gîte parfait dans une « zone blanche » justement : il est sur le mont d’Orcières. Franck n’est pas d’accord avec le choix de sa femme. Finalement, il accède au désir de sa femme de mauvaise grâce. C’est avec surprise qu’il finit par s’accommoder au lieu, d’autant plus qu’il se lie avec un drôle de molosse, mi-chien mi-loup. Mais la vie professionnelle le rattrape quand ses deux associés, deux « jeunes loups », sont prêts à livrer sa société de production aux mains des géants Netflix/Amazon.

On se demande ce qui lie ces deux histoires hormis le lieu en commun. Mais, c’est oublier le talent de Serge Joncour. Il mêle habilement le croisement des époques pour montrer l’immanence des Hommes. Le ton monte crescendo. Serge Joncour maîtrise l’art du suspense et pose les bonnes questions sur la définition du « sauvage » et les rapports dominants-dominés. Après tout, l’Homme est un loup pour l’Homme. Où est la sauvagerie ? Sous nos airs bien policés, ne sommes-nous pas les prédateurs les plus dangereux ?

Comme d’habitude, Serge Joncour a l’art de poser un regard aiguisé sur notre monde contemporain, nos travers d’hommes si facilement manipulables et finalement plus marqués par la faiblesse et la lâcheté quand nous agissons avec violence. Ce qui change cette fois-ci, c’est qu’il s’aventure pour la première fois dans le domaine historique mais toujours dans l’optique de mieux éclairer notre présent et prouver vraisemblablement le caractère répétitif de nos actions. L’Homme ne tire aucune leçon de l’Histoire, de son histoire, de ses pulsions. En ces temps où la violence est justement au cœur de notre société, qu’elle soit politique, économique, sociale ou sociétale, ce livre résonne terriblement : « La nature de l'homme est de vite oublier les catastrophes passées, autant que de ne pas voir celles qui s'amorcent ».

Serge Joncour – Chien-loup – Flammarion – 480p

Lecture avec Eirenamg dans le cadre du Paris-Nantes : 

Bain de nature Chien Loup de Serge Joncour - le blog d'eirenamg : 1 gourmandise à partager: la lecture

J'attendais avec impatience le nouveau roman de Serge Joncour, ayant beaucoup aimé son précédent reposes toi sur moi qui avait été mon gros coup de cœur il y a 2 ans. Pour ma deuxième incursion dans l'univers littéraire de Serge Joncour, changement de décor nous voilà basculer dans un petit village en Province : Orcières.

http://eirenamg.canalblog.com