unnamed

« L’inspiration est la quantité imprévue, la muse qui vous assaille au cœur de la nuit. La flèche vole et on n’est pas conscient d’avoir été touché, on ignore qu’une multitude de catalyseurs, étrangers les uns aux autres, nous ont clandestinement rejoint pour former un système à part, nous inoculant les vibrations d’un mal incurable – une imagination brûlante – à la fois impie et divine ».

Quatrième fois que je lis Patti Smith après Just kids, Glaneurs de rêves et M. Train. Autant dire que j’attendais ce nouvel opus avec impatience.

Lorsque je suis allée l’acheter, la libraire m’a dit : il est différent des autres. Je lui ai demandé en quoi et elle m’a répondu que l’ouvrage contenait une nouvelle sur le patinage. Du patinage. Je me suis apprêtée à lui dire ma surprise et puis je me suis ravisée. Parce qu’avec Patti Smith on s’attend à tout. Une constante cependant, son amour de la littérature et son envie de nous décrire sans cesse son processus d’écriture.

Dans Dévotion, Patti Smith nous entraîne en France et particulièrement à Paris. Elle nous raconte ses déambulations dans la capitale avec les écrits de Patrick Modiano comme guides, elle nous narre son pèlerinage avec la philosophe Simone Weil, sa renconte avec la fille d’Albert Camus et puis surtout, elle nous montre comment ses voyages font resurgir ses souvenirs et l’inspirent dans son écriture. Comme preuve de cet environnement qui la nourrit, elle nous livre en effet une nouvelle intitulée comme le livre Dévotion. Cette histoire qui revisite le mythe de Faust a été créée grâce à son voyage en France, à ce qu’elle a pu voir, lire, écouter, sentir autour d’elle. J’ai trouvé très intéressant ce procédé de donner à voir en matière d’écriture. Bien souvent, nous ne savons pas véritablement les intentions, les inspirations des auteurs quand nous commençons leurs romans. Il nous faut souvent une rencontre, une discussion en librairie ou dans un salon ou encore un article dans un journal pour connaître les motivations profondes. Peut-être moins avec l’écriture autobiographique qui crée de fait un pacte entre le lecteur et l’auteur. Là, Patti Smith nous révèle ses motivations et montre à quel point l’écriture et la lecture sont pour elle des nécessités absolues. Pas question de prendre l’avion sans un livre. Pas question de partir sans un carnet.

J’ai bien évidemment aimé ce nouvel opus même si je regrette que le livre soit aussi court.

Patti Smith - Dévotion - Gallimard - 160 pages