Helena

« Un miroir était accroché au mur. Dans son reflet, il vit ce visage encerclé d'ombre, pâle et logicien, un visage qui n'était pas le sien. Et quand, de stupeur, il ouvrit la bouche, scintillèrent en rafale ses dents acérées. Et, dans son regard perfide, s'embrasa le doux éclat du désir de tuer ».

« Je ne sais pas où se trouve la Contrée du Kansas et je n'en ai même jamais entendu parler. Dites-moi, est-ce un pays civilisé ? » (Le Magicien d'Oz)

Je n’aime pas les thrillers. Je n’aime pas les ambiances américaines en littérature (à quelques exceptions près). En gros, je vous révèle que je ne suis pas du tout la « bonne » lectrice pour un roman de Jérémy Fel. Et pourtant, j’ai dévoré Helena. Pourquoi ?

Parce que Jérémy Fel, dans ce Kansas poussiéreux, où règnent habituellement la monotonie et l’ennui, parvient à me scotcher avec cette histoire folle, glauque autour de cinq personnages : l’adolescente de seize ans Hayley, la mère de famille Norma et ses trois enfants Graham, Tommy et Cindy. Sans compter qu’une Helena semble avoir un rôle dans cette tragédie.

Il aura suffi d’une étincelle, d’un pétage de plombs de Tommy pour que l’auteur nous embarque dans un drame rondement mené, bien ficelé où il joue à fond sur les ressorts psychologiques de ses personnages. Si l’épouvante a rarement sa place - hormis pour quelques scènes dont celle d’exposition – le malsain, lui, règne en maître tout le long du roman. Surtout, la grande prouesse, dans cette tornade d’événements plus incroyables les uns que les autres, est de nous interroger sans cesse sur les personnages. Qui est véritablement coupable ? Qui est sain d’esprit ? Est-on en droit de se venger ? Existe-t-il une hiérarchie dans l’horreur ?

À partir de ces questions viennent se greffer à la fois des sujets d’une grande gravité (inceste, suicide, viol, meurtre, séquestration...) mais aussi des éléments fantastiques. Parfois, nous ne savons plus ce qui est de l’ordre du réel, du cauchemar ce qui embrouille d’autant plus les pistes.

Pourtant, j’avoue que l’épilogue du roman m’a un peu déçu. J’en attendais peut-être trop face à ce tourbillon incroyable et je me suis retrouvée sans avoir toutes les réponses à mes questions. C’est sûrement une volonté de l’auteur mais j’ai un petit goût d’inachevé.

Ce bémol n’enlève rien au travail magistral de Jérémy Fel. J’ai du coup envie de découvrir son premier roman (évoqué d’ailleurs dans Helena).

 

ob_41d0e0_logo-mrl

 

Jérémy Fel – Helena – Rivages – 730p