IMG-3404

Claire est franco-coréenne. Elle décide de passer ses vacances chez ses grands-parents au Japon. Emigrés coréens, ils n’ont jamais réussi à véritablement s’intégrer dans ce pays dont il ne maîtrise pas vraiment la langue. Le grand-père de Claire tient un Pachinko, un jeu de billes qui se rapproche d’un jeu de casino.

Claire profite de son voyage pour dispenser des cours de français à la jeune Mieko mais aussi pour préparer un voyage en Corée en famille. Elle souhaite que ses grands-parents puissent revenir sur leur terre natale qu’ils n’ont jamais revue depuis la guerre.

Cependant, rien ne se passe comme prévu. Les relations entre Claire et ses grands-parents sont difficiles, chacun n’arrivant pas à exprimer comme il faut son ressenti. Les non-dits, les difficultés de communication engendrent une incompréhension mutuelle. Pourtant, l’amour est bien là et Claire en aura progressivement des preuves aussi touchantes que pudiques.

Une fois de plus, Elisa Shua Dusapin livre un roman d’une grande beauté et délicatesse. Elle peint avec justesse dans Les billes du Pachinko la quête identitaire du personnage de Claire, sa difficulté à se situer dans sa famille où plusieurs cultures cohabitent avec des codes bien à elles. Ces barrières s’ajoutent aux problèmes intergénérationnels avec ses grands-parents. Tout est en nuances, tout est raconté avec pudeur et simplicité. Une fois de plus, Elisa Shua Dusapin fait mouche et montre que l’amour transcende les barrières et n’a pas besoin d’être hurlé à la face du monde pour être profond et sincère.

Elisa Shua Dusapin – Les billes du Pachinko – Zoé éditions – 144p