IMG-3088

Jack Kerouac, William S. Burroughs, Allen Ginsberg. Autant de noms qui résonnent et représentent la Beat Generation, ce mouvement artistique et littéraire des années ­50 qui choqua l’Amérique puritaine et annonça la libération sexuelle de la fin des années 60. Un courant de protestation, de liberté s’engage… ou presque. Car si le mouvement a joué un rôle important dans la culture et société américaine, il a surtout bénéficié aux hommes. Peu de femmes ont pu suivre cette voie car elles étaient stigmatisées et parfois vues comme des « hystériques ». Ahhh l’hystérie, ce « mal » servi à toutes les sauces pour mieux ranger la femme dans son statut de plante verte. Plusieurs d’entre-elles ont même été exclues du mouvement… comment ne pas y voir finalement de la misogynie crasse dans ce mouvement qui a pourtant porté de beaux fruits ?

Ainsi, de nombreuses auteures et de nombreuses œuvres, notamment dans la poésie, sont passées aux oubliettes. Annalisa Marí Pegrum et Sébastien Gavignet ont exhumé les archives afin de ressortir les œuvres poétiques et créer cette anthologie de dix femmes poètes, libres et talentueuses. J’ai découvert des femmes à la fois proches dans leurs thèmes mais avec chacune une personnalité propre et forte. J’avoue que certaines m’ont laissé plus de traces que d’autres à l’image de Lenore Kandel qui a une écriture à vif, profondément sexuelle tout en évitant la vulgarité. J’ai été sensible aussi à Hettie Jones, une femme tiraillée entre sa vie de femme, de mère et d’artiste. Cependant, malgré des affinités plus ou moins fortes, toutes méritent d’être lues. Je remercie les éditions Bruno Doucey d’avoir conservé un recueil bilingue afin de pouvoir profiter de la sonorité des vers en langue originale.

Une belle découverte et une belle mise en valeur pour ces femmes malheureusement libres un peu trop tôt.

Collectif – Beat Attitude. Femmes poètes de la Beat Generation – Editions Bruno Doucey – 200p