IMG-1480

« Nina arrive à Amsterdam un soir de septembre. Au commissaire qui l’interrogera plus tard, elle sera incapable de dire comment elle est venue. En stop sûrement, c’est ainsi qu’elle voyage en général, mais elle n’en jurerait pas pour cette fois. Si incroyable que cela paraisse, elle aura oublié. Camille l’attendait chez elle, de cela elle est sûre, elle lui avait donné l’adresse et Nina a débarqué dans une chaleur qui l’a surprise, une chaleur du Sud […].

Elles se sont immédiatement reconnues. Complices comme au premier jour. Amies à la vie à la mort ».

Voilà un court roman que j’ai lu en une soirée. J’ai pourtant un peu appréhendé sa lecture car j’avais eu quelques échos sur une fin horrible. Mais bon comme je ne suis pas du genre à me laisser influencer, j’ai pris ce roman à bras-le-corps.

Camille, enceinte, s’installe à Amsterdam avec son petit ami Ron. Tout semble aller pour le mieux même si deux-trois choses montrent qu’il y a déjà un truc qui cloche.  Le petit Sacha arrive. Tout est merveilleux jusqu’au moment où Camille sombre dans une dépression. Plus rien ne semble l’animer, ni son fils et encore moins Ron avec qui elle n’a plus aucune intimité. Camille finit par reprendre contact avec Nina, une amie d’enfance qu’elle n’a pas revue depuis sept ans. Nina l’aide dans ses tâches quotidiennes et lui redonne goût à la vie. Alors qu’elle ne devait rester que quelques jours, elle s’installe durablement… les conséquences seront terribles.

En lisant ce roman, on devine rapidement que l’issue sera dramatique car Sophie Avon a l’art de distiller des éléments tout au long du récit entretenant ainsi le suspense. Mais, du coup, je m’attendais à une fin plus terrible et j’ai été déçue. Vous pouvez penser que je suis une fille horrible en imaginant pire que cette fin mais c’est comme ça. Alors oui elle est glauque quand même mais elle n’est pas pour moi traumatisante.

C’est un roman bien écrit, plutôt bien mené mais je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages – expliquant peut-être mon manque d’empathie à la fin. C’est un livre intéressant à lire mais sans plus pour moi. Je vous invite cependant à vous faire votre avis.

Sophie Avon – La petite famille – Mercure de France – 170p