51f0jtHN9KL

Nous sommes en 1917 à Moscou. La révolution d’octobre éclate mettant en opposition les bolcheviks contre les troupes du gouvernement provisoire de Kerenski. C’est dans ce contexte que vivent les sœurs Léna et Tatiana, dix-sept ans. Leur père sur le front, elles vivent avec difficulté avec leur grand-mère. Alors que Léna s’engage auprès des bolcheviks, va sur les barricades, la conviction chevillée au corps, Tatiana rêve d’une révolution artistique à l’image du poète Maïakovski. La dure réalité du conflit les frappe quand les combats se durcissent et leur meilleur ami Piotr prend position pour le gouvernement provisoire.

Ce roman adressé aux ados à partir de 13 ans est la lecture idéale pour des troisième qui abordent (rapidement) les révolutions russes au programme d’histoire. Bien évidemment les aspects purement historiques ne sont pas évoqués en détail mais ce roman permet bien de saisir l’ambiance, les enjeux et les choix d’une jeunesse qui voit une possibilité d’œuvrer pour leur avenir. L’engagement est ainsi le thème principal du livre selon moi ce qui le rend universel à l’image de ce que Valentine Goby dit dans la préface : « c’est la puissance de la littérature de faire surgir d’événements singuliers, datés et situés, des réflexions universelles ».

Je n’ai pas boudé mon plaisir pendant la lecture en étant adulte et historienne de formation. De plus, en fin d’ouvrage, un glossaire et un rappel historique viennent compléter parfaitement le récit. Loin de l’exhaustivité, ce roman cherche à donner envie de creuser davantage le sujet.

Carole Trébor – Révoltées – Rageot éditeur – 256p

Un dimanche russe