IMG-1215

« [Ils] sont là, immobiles, sidérés, alors qu’au même instant, des milliards de galaxies s’éloignent à toute vitesse les unes des autres dans un univers incroyable et gigantesque en expansion permanente. Et pourtant, ici, sur la Terre, dans ce désert, tout semble figé, cristallisé, c’est le silence, un silence gargantuesque à l’échelle des hommes, un silence qui s’étire sur des dizaines de kilomètres, un des plus époustouflants silences du monde. Une voiture renverse, un homme debout, deux allongés, un autre assis, et pourtant ailleurs, ce silence fait de terre, d’herbes sèches, de cailloux de toutes les tailles, de montagnes et de sidération ».

Une journée, quatre hommes et une femme. Des heures qui s’égrènent dans la pampa argentine. C’est le décor que nous plante Nicolas Delesalle dans ce troisième roman. Nous suivons le récit de trois scientifiques – Vadim, Alexandre et Wolfgang – du journaliste Simon et de Mathida une dentiste.

Un accident a lieu sur la piste argentine. Après l’événement vient le choc, la sidération puis les sentiments d’impuissance et de culpabilité. Chacun réagit comme il peut et surtout chacun dresse son bilan de vie. Le changement de vie ou les épreuves interrogent sur nos choix, sur nos aspirations et fondamentaux. C’est ainsi un roman sur le sens que l'on donne à sa vie. Comment des personnages ordinaires, dans un contexte extraordinaire, parviennent à se (re)trouver ?

J’ai été vite happée par ce récit comme si ma vie de lectrice en dépendait. J’ai fait défiler les pages avec un sentiment d’urgence, j’avais l’impression d’être à côté de ces personnages en difficulté. L’écriture de Nicolas Delesalle permet justement une lecture vive, intense. Le roman est autant rythmé par les heures qui s’écoulent que par le style de l’auteur. Une profonde humanité en ressort bien évidemment. C’était déjà le cas dans ses précédents romans mais là, le travail est plus abouti. On ressent bien les émotions, les questionnements de chacun des personnages. La part autobiographique est tellement importante que l’on comprend vite pourquoi tout sonne si juste.

Si vous n’avez encore jamais lu Nicolas Delesalle, je vous le conseille sans hésiter. Pour ceux qui sont déjà familiers, vous avez là son meilleur roman.

Nicolas Delesalle – Mille soleils – Préludes – 256p

Du même auteur : 

" Le goût du large " de Nicolas Delesalle - LES LECTURES DU MOUTON

" Mohamed, le chauffeur, m'a entendu et se transforme instantanément en figue séchée. Il ne sourit pas, non, il me regarde avec terreur. L'idée de convoyer une famille de la brousse avec des bébés qui vomissent dans sa voiture le rend fou. J'hésite.

http://www.leslecturesdumouton.com