20170630_090518

« C'est une célibataire parmi des millions, mais les millions ont parfois du mal à se rencontrer. Ils ne s'entrechoquent pas à Monoprix devant le rayon des surgelés ».

« La tête haute, elle s’observe dans le miroir sous le néon. Ce n’est guère flatteur. Le cheveu terne, la paupière qui tombe un peu, les seins petits. Rien de glamour, d’hollywoodien. Mais si elle prend du recul, comme le lui a dit sa psy, elle voit bien que ce pourrait être pire. Elle pourrait être une chanteuse de karaoké aux cheveux gras et à la veste à franges qui se fait des infusions de thym pour combattre la rhinite chronique. Oui, effectivement, ça pourrait être pire ». 

Nous sommes à Paris à quelques jours des élections présidentielles et nous suivons les parcours de quatre personnages. Nous avons tout d’abord Juliette, une vendeuse trentenaire de chaussures allemandes. Elle rêve d’être au rayon des chaussures italiennes mais surtout de trouver l’amour. Francine est une retraitée qui découvre un secret de famille en allant chercher un extrait d’acte de naissance. Comme si ce n’était pas suffisant, elle « se bat » avec sa vieille voisine qui brutalise son chien. Joachim, homme au mono-sourcil, participe contre son gré à une émission de télévision où il perd l’amour et son anonymat. Ben quant à lui n’arrive plus du tout à communiquer avec son petit-ami. Il songe à la séparation après plus de sept années de couple.

Une fois ces portraits dressés lors des premiers chapitres, on prend un grand plaisir à suivre ces quatre personnages très attachants. Nicolas Robin sait parfaitement bien les décrire, avec justesse. On sent qu’il aime profondément ses petits h(z)éros du quotidien qui se sentent largués mais ont pourtant une grande force en eux. Bien évidemment, l’auteur sait aussi distiller une bonne dose d’humour dans son récit : on est dans la comédie tragique en permanence. Les trajectoires des personnages se croisent et ce chassé-croisé est renforcé par des débuts de chapitres qui font écho aux fins des précédents.

Une jolie plume, un cocktail d’humour et de tendresse, une histoire qui se dévore : voilà les ingrédients pour faire de Je ne sais pas dire je t’aime (titre qui rappelle la chanson de Barbara) le parfait roman de l’été. Pensez à le prendre avec vous pendant vos bains de soleil.

Voici un autre avis, celui d'Eirenamg : 

Fantaisie sérieuse je ne sais pas dire je t'aime de Nicolas Robin - le blog d'eirenamg : 1 gourmandise à partager: la lecture

Joli roman choral qui suit le destin de quatre personnages, Francine, une retraitée pimpante qui s'interroge sur ses origines, Juliette jeune vendeuse trentenaire dont la vie semble en panne et qui rêve d'une vraie rencontre. Ben qui voit son couple avec son mec s'enliser et enfin Joachim qui se retrouve sans le vouloir sous le feu des projecteurs à cause d'une ex indélicate.

http://eirenamg.canalblog.com

 

Nicolas Robin – Je ne sais pas dire je t’aime – éditions Anne Carrière – 250p