Roffinella-Gwendoline_600_light

 

« Nous allons voir, en compagnie de Gwendoline Jaunes, qu'avec ou sans internet, le Temps fait ce qu'il veut et les hommes n'en sont que le jouet. Encore aujourd'hui, bien que nous nous targuions d'un modernisme à tous crins, il faut bien quelqu'un qui, comme notre héroïne, surveille l'Horloge du Temps. Car sinon où irions-nous et comment construirions-nous notre avenir ? Comment, également pourrions-nous visualiser le chemin parcouru que l'on nomme passé ?  »

Gwendoline a la trentaine dans les années 90. Cette grande fumeuse tombe sous le coup de la fameuse « Loi Evin », la loi « anti-tabac ». Elle décide de jeter tous ses paquets mais, à partir de ce moment-là, insidieusement, cette fumeuse également attachée à la ponctualité – au point d'avoir le surnom de « trotteuse » – subit un décalage temporel. Elle est ainsi en avance sur son temps... ce temps gagné sur les clopes mais qui la perturbe grandement.

Dans ce court roman, Martine Roffinella semble dresser, avec un grain de folie, le portrait d'une femme en sevrage, symbolisé par le temps gagné sur les pauses clopes. Certains passages mêlent cynisme et hallucinations.

Si l'auteur a une bonne plume, j'avoue cependant ne pas avoir été emballée par l'histoire et cette métaphore du Temps. La sauce n'a pas pris, ce n'est pas grave... qui sait, le prochain me plaira peut-être.

Je remercie Netgalley France et Nelson District pour cette lecture numérique.

 

Martine Roffinella – Gwendoline arrête de fumer – Nelson District – 132p.