9782253107767-001-X

 

« Mohamed, le chauffeur, m'a entendu et se transforme instantanément en figue séchée. Il ne sourit pas, non, il me regarde avec terreur. L'idée de convoyer une famille de la brousse avec des bébés qui vomissent dans sa voiture le rend fou. J'hésite. Je sais que je ne suis pas un héros et que je ne vais sauver personne. Je suis reporter. Point. Je sais que des enfants meurent tous les jours ici, que ces petites vies sont probablement condamnées, de toute façon. J'ai compris que la vie ne valait pas grand-chose ici. Qu'en Afrique, les petits idéaux d'Occidental fondaient en flasques de sueur ou de larmes et s'évaporaient aussitôt.  »

Nicolas Delesalle nous embarque sur le cargo MSC Cordoba où il effectue une traversée de neuf jours entouré par les conteneurs. Ce voyage incongru – à l'heure où les croisières sur des paquebots de luxe se multiplient – est l'occasion pour le narrateur d'ouvrir les conteneurs de sa mémoire. Il nous raconte ainsi les anecdotes, les rencontres et les événements qu'il a vécus, notamment grâce à son travail de journaliste, aussi bien en Europe de l'Est, en Syrie ou en Afrique.

Aucun pathos, aucun jugement de valeur mais la description des émotions ressenties rendant le récit vivant et profondément humain. Si certains « conteneurs » ne m'ont pas fait rêver ou inviter à la réflexion, la plupart m'ont touchée à l'image de l'histoire des jumeaux Asma et Asmana ou étonnement l'expérience en solitaire dans une grotte pendant plusieurs jours. Nicolas Delesalle nous montre, à travers toutes ses expériences, que l'humain est peu de choses dans ce monde où les conflits sont permanents et où tout va très – trop – vite.

Une bien belle découverte pour ma part, sachant que je n'avais pas lu son précédent roman Un parfum d'herbe coupée. Je remercie les éditions Préludes et NetGalley France pour cette lecture.



Nicolas Delesalle – Le goût du large – Préludes – 320p.