20160128_130446

Une famille new-yorkaise, tout ce qu'il y a de plus banale : un père et une mère à la position sociale confortable, deux enfants, une vie toute tracée...

Une femme envoie une boîte contenant des lettres enflammées entre elle et le père de famille : c'est Kay, onze ans qui découvre l'infidélité de son père Jack. C'est une bombe qui tombe sur toute la famille mais une bombe insidieuse, à retardement. Passé le moment violent de la découverte, on assiste à un long processus de démantèlement de la famille.

Là encore, le sujet reste banal mais le traitement qu'en fait Julia Pierpont rend l'ensemble terriblement vivant et juste. Aucun cliché.

Cet événement destructeur et fréquent, bien que condamné par beaucoup, est aussi traité avec beaucoup de recul. L'auteur se paie même le luxe de dévoiler l'avenir de cette famille à deux reprises dans le roman, sans que cela nuise à l'intérêt qu'on porte à les suivre dans cette épreuve : "La fin n'est jamais une surprise [...]. Nous pensons vivre notre vie dans un entre-deux, après ceci et avant cela, mais c'est l'entre-deux qui a duré".

Si j'ai trouvé quelques longueurs à ce récit, j'ai été assez bluffée par le traitement littéraire de cette histoire familiale.

 

Julia Pierpont – Parmi les dix milliers de choses– Stock – 324p.