20150902_195907

 

 

« Il n'y a pas de violence plus grande que d'aller fouiller en soi. Non, pas de violence plus grande.

Et pourtant, cette violence, Émilie la connaît d'abord de l'extérieur. Tout avait bien commencé : un mari, deux enfants, une carrière professionnelle brillante... mais sa vie bascule quand elle rencontre par hasard Benoît Parent. Cet écrivain célèbre réussit à subjuguer Émilie alors qu'il représente tout ce qui est haïssable : manipulateur, personnel, antisémite... Il est ce qu'on appelle un pervers narcissique. Émilie voit rapidement le danger mais rien n'y fait, elle est aimantée par cet homme. On a d'ailleurs du mal à comprendre cette emprise et plus d'une fois, on a envie de secouer l'héroïne... sûrement parce qu'on ne peut pas comprendre tant qu'on ne le vit pas.

Émilie Frèche prend soin de bien détailler, décortiquer les mécanismes de cette manipulation jusqu'aux deux tiers du livre où le roman bascule (mais on ne peut pas en dire plus sans déflorer l'intrigue). Ce basculement montre l'art que l'écrivain a de nous livrer une histoire où on ne sait pas où est le vrai et où est la fiction tellement c'est confus. Un roman très réussi.


Émilie Frèche – Un homme dangereux – Coll "La Bleue" - Stock – 288 p.

 

logo2015

 

Livre lu dans le cadre du challenge 1% rentrée littéraire 2015