hauts_de_hurle_vent(Challenge ABC)

L’auteur : Emily Brontë est née en 1818 dans le Yorkshire. Elle est la cinquième enfant du révérand. Seuls subsisteront ses soeurs Charlotte et Anne et son frère Brandwell.

C'est à Haworth, sous la houlette de Charlotte, qu'ils commencèrent à écrire. En parallèle, les soeurs gagnent leur vie comme professeurs et gouvernantes. Leur frère tombe peu à peu dans la déchéance en raison du jeu, de la drogue et de l'alcool.

Elles publient leurs premières oeuvres à compte d'auteur et sous des pseudonymes masculins. C'est le publication du Jane Eyre de Charlotte qu'Emily a pu publié Wurthering Height fin 1847. Cet ouvrage est assez mal perçu à l'apoque en raison des thèmes évoqués : vengeance, souffrance, mort... Malheureusement, Emily ne survit pas longtemps à son roman : elle meurt en décembre 1848 de le tuberculose, qui emportera également ses soeurs dans les années suivantes.

Quatrième de couverture : Les Hauts de Hurle-Vent sont des terres balayées par les vents du nord. Une famille y vivait, heureuse, quand un jeun bohémien attira le malheur, Mr Earnshaw avait adopté et aimé Heathcliff. Mais ses enfants l'ont méprisé. Cachant sona mour pour Catherine, la fille de son bienfaiteur, Heathcliff prépare une vengeance dibolique. Il s'approprie la fortune de la famille et réduit les héritiers en esclavage. La malédiction pèsera sur toute la descendance jusqu'au jour où la fille de Catherine aimera à son tour un être misérable et frustre.

Mon avis : 7/10

Etant un grand classique de la littérature anglaise et ayant lu d'excellentes critiques sur cet ouvrage, je me suis lancée dans la lecture, dans le cadre du challenge ABC (pour lequel je suis très en retard d'ailleurs). Cet ouvrage est écrit merveilleusement : quelle qualité narrative et merci au traducteur qui a fait un sacré boulot! Il est rare de voir des romans où se trouvent de nombreux imparfaits du subjonctif! Emily Brontë a un talent plus que certain et je comprend qu'il soit devenu un classique. Les thèmes de la vengeance, de la haine, de la souffrance sont des éléments que j'apprécie beaucoup dans la littérature et j'en ai eu mon compte... trop d'ailleurs. En effet, j'ai tellement trouvé les personnages antipathiques que j'ai eu du mal à terminer le roman. Hormis Nelly, Haneton et à la limite Edgar, je n'ai absolument pas pu m'attacher aux autres personnages. Pourtant, je n'ai rien contre les « méchants » car on leur trouve toujours des qualités humaines mais là je n'ai pas pu. Les deux Catherine sont insupportables, Heathcliff n'a pas réussi à m'attendrir même avec son amour pour la première Catherine, Linton Heathcliff est d'une niaiserie également. Bref, je finissais par m'ennuyer de ces personnages. Heureusement que la qualité littéraire était là pour racheter le casting.

Malgré tout, je conseille la lecture de ce roman car il est vraiment bien foutu et innovateur pour son époque.