LES LECTURES DU MOUTON

13 décembre 2018

« Quand Dieu boxait en amateur » de Guy Boley

« À l’issue d’un temps indéterminé, le soir et la fatigue tombant, les paupières plombées par la chaleur et par le silence de cette chambre insonorisée et comme toutes surchauffées, je ne savais plus très bien de ces deux mains laquelle était mienne, laquelle était sienne. Mystère de la matière, de nos viandes, de nos naissances, de nos enfantements, de ces milliers d’atomes qui tissent un fragment de peau, couleur, odeur et texture comprises. Je me savais son fils, né de sa sueur, de son courage, de son esprit entreprenant,... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 13:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 décembre 2018

« Des mots de contrebande » d’Alain Cadéo

    « Le talent est une sale bête sauvage impossible à apprivoiser. Être habité, ne serait-ce qu’un instant, par cette loutre souple, électrique, joueuse et sans cesse affamée, plongeant dans tous les sens, est un ravissement qui confine au sacré. Mais tu as beau feinter, finasser, travailler, pour la garder à tes côtés, elle glisse et s’enfuit et te laisse lourdaud, dans ton affreux marigot croupissant, pour courir les eaux vives ». Je n’avais jamais lu Alain Cadéo ou du moins je n’avais lu aucun de ses livres... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 10:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 décembre 2018

« Et j’abattrai l’arrogance des tyrans » de Marie-Fleur Albecker

« C'est l'histoire de Johanna Ferrour, c'est l'histoire de Richard Plantagenêt le deuxième, c'est l’histoire d'un paysan, c'est l'histoire de John Ball et de Wat Tyler, c'est l'histoire du mois de juin 1381, c'est l'histoire du mois de juin 1381, c'est l'histoire des Jacques, des Tuchins, des Remensas, des Hussites, des Rustauds, c'est l'histoire des soulèvements des gens ordinaires, c'est une histoire de terres, d'injustice, de liberté, de foi et d'horizons perdus ». Voilà une primo-romancière qui n’a pas froid aux... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 14:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 décembre 2018

Idées cadeaux pour Noël

Aujourd’hui, jour de la saint Nicolas, je vous mets sept idées cadeaux pour Noël. Je n’ai pas voulu mettre en avant ceux qui font l’actualité littéraire de cette fin d’année. Je vous propose sept livres que j’ai adorés, que je continue à offrir ou à conseiller. Sept univers différents mais qui vous emmènent dans ce qu’il y a de plus beau dans la littérature. Hormis l’un d’entre eux (pour le moment), ils sont tous en poche et vous pourrez remarquer qu’un classique se cache aussi dans la liste.   ► Le caillou de Sigolène Vinson... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 14:07 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
05 décembre 2018

« Prendre corps » de Catherine Voyer-Léger

    « Vergetures. Elles sont neuves. Bleu clair. Mes seins savent bien qu’on s’y habitue… Que ça range, ça se chair, avec le temps. Les traces d’un enfant que je n’aurai pas. Combien d’année peut-on grossir en vain pour digérer un deuil comme celui-là ? » Le corps. Nous parlons de notre enveloppe charnelle au singulier. Systématiquement. Pourtant, nous pourrions utiliser le pluriel. Parce que le corps prend des formes diverses et variées selon le temps, l’âge. Il est protéiforme. Mais surtout, il est... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 novembre 2018

« Être beau » de Frédérique Deghelt et Astrid di Crollalanza

J’ai terminé ce magnifique ouvrage il y a quelques semaines maintenant. Je n’avais pas réussi à trouver des mots à coucher sur le papier pour dire ce que je ressentais. Aujourd’hui encore, je ne suis pas sûre d’avoir les mots justes. Je me suis posé la question de cette incapacité à y arriver. Avec honnêteté je pense que c’est parce que je n’ai jamais été directement concernée, touchée par le handicap. Aussi loin que je remonte dans ma mémoire, je n’ai pas été vraiment confrontée aux personnes handicapées. Que ce soit chez moi, dans... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 11:56 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

21 novembre 2018

« Courir après les ombres » de Sigolène Vinson

« Mariam s’assied en tailleur entre deux Afghans qu’elle pousse du coude. Elle regarde Louise verser de l’huile dans une poêle qu’elle a sortie de dessous le tuyau. Après avoir vu le moteur du Berge Stahl, plus rien ne peut la surprendre. Quand Louise lui tend son assiette, elle remarque enfin les yeux de la Française, la cicatrice dedans. Pas le reflet d’une vie de misère à pêcher la bonite ou le barracuda en mer d’Oman, quelque chose de plus sordide, à la limite de l’obscénité dans un monde qui crève la dalle : la... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 novembre 2018

« Ásta » de Jón Kalman Stefánsson

« Qu'importe la marche du monde, qu'importent les catastrophes qui le frappent, les tempêtes, les crises économiques, les attentats, les populismes, les discours de haine, les pluies d'astéroïdes, mon amour t'est acquis. Il est inébranlable et ne s'éteindra qu'avec la mort. Et sache aussi que si la mort n'est pas la fin de tout, même morte, je t'aimerai encore. C'est intact que mon amour traversera la vie et la mort puis il rejoindra ces immensités dont nous ignorons la nature ». Lire Ásta, c’est faire une expérience de... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 novembre 2018

« Chien-loup » de Serge Joncour

« Si par chance un jour il n'y avait plus de guerre, en supposant de faire cet énorme effort d'imagination, des loups il en faudrait toujours, quitte à en réinventer ou à les faire revenir, car l'homme porte en lui le besoin de se savoir des ennemis et d'identifier ses peurs, ne serait-ce que pour fédérer les troupes ». Le nouveau roman de Serge Joncour nous plonge dans un même et unique endroit (fictif) : le mont d’Orcières dans le Lot mais avec alternance de deux époques : 1914 et 2017. Le roman s’ouvre sur... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 novembre 2018

« Au grand lavoir » de Sophie Daull

« Chacun son bocal. Moi j’entretiens le formol à faire durer les morts ». Le hasard a voulu que je termine ce livre à la gare du Mans où mon TGV effectuait un arrêt. Le Mans est à environ soixante kilomètres de Nogent-le-Rotrou où se déroule en grande partie l’histoire. Dans son deuxième roman, La suture, Sophie Daull évoquait le passé de sa mère, femme plutôt discrète et mystérieuse, sans pour autant déballer de façon impudique et voyeuriste son assassinat. Cependant, « la croûte gratte, la plaie reparle. Quelque... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 novembre 2018

« Des mirages plein les poches » de Gilles Marchand

« C'était un petit bateau, pas grand-chose en apparence, mais le bout d'un rêve, c'est forcément un grand quelque chose ». Après avoir dévidé le fil des nouvelles du recueil de Gilles Marchand, j’ai eu bien du mal à rembobiner l’ensemble. Le fil s’était distendu, avait subi des accros, s’était emmêlé sans que je m’en rende compte. J’ai beau avoir lu quelques nouvelles de l’auteur et ses romans, je crois que c’est vraiment la première fois que je mesure à quel point il a le sens de la tragédie et de la mélancolie.... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 novembre 2018

« Idiotie » de Pierre Guyotat

« Les poux sautent sur les poils des narines, sur le petit duvet entre elles et le retroussis des lèvres grosses fraîches qui tremblent d’un cauchemar où il faut parler, trouver les mots qui sauvent devant le monstre. Plus bas, les fesses se recambrent dans un ronronnement, sous le haillon je vois qu’un short court aux plis rougis par le halo du bateau qui s’immobilise les moule, troué jusque le devant, dans l’évasement des cuisses, une braguette d’où pend un bouton ; la jointure braguette ourlet de jambe est déchirée, du... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 12:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 novembre 2018

« Dévotion » de Patti Smith

« L’inspiration est la quantité imprévue, la muse qui vous assaille au cœur de la nuit. La flèche vole et on n’est pas conscient d’avoir été touché, on ignore qu’une multitude de catalyseurs, étrangers les uns aux autres, nous ont clandestinement rejoint pour former un système à part, nous inoculant les vibrations d’un mal incurable – une imagination brûlante – à la fois impie et divine ». Quatrième fois que je lis Patti Smith après Just kids, Glaneurs de rêves et M. Train. Autant dire que j’attendais ce nouvel opus avec... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 octobre 2018

« Helena » de Jérémy Fel

« Un miroir était accroché au mur. Dans son reflet, il vit ce visage encerclé d'ombre, pâle et logicien, un visage qui n'était pas le sien. Et quand, de stupeur, il ouvrit la bouche, scintillèrent en rafale ses dents acérées. Et, dans son regard perfide, s'embrasa le doux éclat du désir de tuer ». « Je ne sais pas où se trouve la Contrée du Kansas et je n'en ai même jamais entendu parler. Dites-moi, est-ce un pays civilisé ? » (Le Magicien d'Oz) Je n’aime pas les thrillers. Je n’aime pas les ambiances américaines en... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 15:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 octobre 2018

« Sujet inconnu » de Loulou Robert

    « Ma main prend le stylo. L’encre noire. Les mots qui coulent. Quels mots ? Plus tard. Je saurai plus tard. Souvenirs de ces quatre lignes sur l’homme passé. Lucien, le sans-abri et tant d’autres. Tant d’autres choses à dire. Quoi ? Je ne sais pas. Je saurai plus tard. J’ai des ressources. Conscient. Inconscient. En marche. Qui contrôle ? Je tiens le stylo. Toute la vie qui jaillit. Je me préparais. On y est. J’ai le temps. Du temps… Cette fois, oui. Le temps est mon ami ». Elle ne se nomme... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 octobre 2018

« La blessure » de Jean-Baptiste Naudet

« En Algérie, c’est pire. Le jardin d’Éden kabyle se révèle être un bourbier sanglant. Des charognes qui hantent leurs nuits. Cadavres oscènes et grimaçants troués de balles, dégoulinants de sang et de cervelle blanchâtre. Corps aux yeux crevés, aux couilles coupées. Le « paradis kabyle » promis est un enfer. Dans cette ambiance « virile », dans ce si joli bourbier, personne n’ose le dire mais tous ont la trouille d’y passer. Les horreurs laissent dans leurs têtes des blessures invisibles. Parfois ceux qui... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 06:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2018

« Tous les hommes désirent naturellement savoir » de Nina Bouraoui

« Je me demande parmi la foule qui vient de tomber amoureux, qui vient de se faire quitter, qui est parti sans un mot, qui est heureux, malheureux, qui a peut ou avance confiant, qui attend un avenir plus clair. Paris s’ouvre à moi, je traverse la Seine, je marche avec les hommes et les femmes anonymes et pourtant ils sont mes miroirs. Nous formons un seul cœur, une seule cellule. Nous sommes vivants ». « Devenir » une femme qui aime les femmes dans le Paris des années 80 où règne la drogue et émerge le Sida. ... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 octobre 2018

« Tu t’appelais Maria Schneider » de Vanessa Schneider

« Comme tant d’autres de ta génération, tu as rejoint la cohorte des vedettes déchues, flétries par les abus, rejetées par une époque où les rebelles n’ont plus de place. Tu n’es plus la célébrité de mon enfance, celle que l’on reconnaît dans la rue et que l’on regarde en frissonnant de terreur, d’excitation et d’envie. Tu restes ma cousine pour laquelle je cultive une fascination à la fois tendre et morbide. Un bijou de famille cassé et précieux, gardé au fond d’un tiroir secret ». Maria Schneider est morte en 2011. Pour lui... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 12:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 octobre 2018

« Une année lumière » de Nathacha Appanah

« Je sens parfois, malheureusement, que l’anesthésie au monde me guette, que parfois un malheur ressemble trop à un autre dans la façon dont on nous le raconte vite et bruyamment. Toutes ces narrations aux contours grossiers de la misère et des marges qui s’embrouillent pour ne former qu’un fatras à nos yeux […] Alors, cette année quand la petite fille que j’ai été est revenue me voir, je ne l’ai pas tenue à l’écart. Jamais il ne m’a semblé avoir autant besoin de pensées magiques, de grigris et d’oiseaux dansant dans le ciel […]... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 14:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 octobre 2018

« Comme un lundi » de Thomas Vinau

« Mon doigt qui te montre la lune. Pour la première fois. Tu vois mon doigt. Tu vois la lune. Tu ne regardes pas mon doigt. Tu ne regardes pas exactement la lune. Tu regardes plus loin que la lune. La lumière qui ne se voit pas dans le grand noir infini de l’espace et de la nuit. Je voudrais te dire, vivre c’est ça. C’est montrer la lune à quelqu’un. Et partager en silence ce qu’il y a derrière. Partager la lumière qui ne se voit pas dans le grand noir infini de l’espace et de la nuit ». C’est toujours avec un grand... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]