LES LECTURES DU MOUTON

31 mai 2020

« Midi » de Cloé Korman

« Qui meurt paye ses dettes ». William Shakespeare « Certaines dettes sont beaucoup trop élevées pour qu’on en vienne jamais à bout ». Cloé Korman. Claire est médecin dans un grand hôpital parisien. Elle retrouve Dom, un ancien amant en phase terminale d’un cancer. Ces retrouvailles inattendues et douloureuses la ramènent quinze ans plus tôt, à Marseille. Durant un été, son amie Manu et elle sont animatrices d’un stage de théâtre pour enfants, sous la responsabilité de Dom. Ensemble, ils montent la pièce La Tempête... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 mai 2020

« L’âge de la première passe » d’Arno Bertina

Un sujet casse-gueule : le regard d’un homme sur des femmes, le regard d’un homme sur des prostituées, le regard d’un blanc européen sur des filles d’Afrique noire. Tant d’écueils à éviter mais, Arno Bertina y parvient parfaitement pour livrer un récit remarquable. Plusieurs séjours avec une ONG au Congo pour évoquer une prostitution en périphérie des villes, loin du tourisme sexuel pour Européens : « je pensais que ce serait l’argent des expats et c’est l’absence d’argent des Congolais ». Pourquoi ces mineures,... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mai 2020

« Île » de Siri Ranva Hjelm Jacobsen

« Toi ? Tu ne sais même pas prononcer ton propre nom ». Elle est danoise mais d’origine féroïenne par sa mère. Elle sait peu de choses sur la terre de ses ancêtres, sur cette famille restée sur les îles. Quelques souvenirs épars avec ses grands-parents notamment – sa omma et son papé. Avec ses parents, la narratrice refait le voyage vers les îles, en quête d'une partie de son identité : « Les racines frémissent et cherchent. Elles transportent les particules mortes d’une autre terre ». Ce roman est... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mai 2020

« Parler peau » de Sabine Huynh

La peau, le corps. Nos meilleurs ennemis. D’eux, nous attendons tout, nous craignons tout. Des peaux et des corps à modeler, à mettre dans des cases. Des corps qu’on maltraite. Des peaux qu’on cache ou surexpose. Des êtres enfermés dans des cages dorées ou des cachots. Nous prêtons attention aux regards et aux mots mais, nous écoutons peu nos corps. Derrière leurs maux, les mots sont là : le corps est un langage. Un langage du silence ; le corps a tant à dire mais si peu de mots peuvent transcrire avec exactitude, avec... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 mai 2020

« Médée Kali suivi de Sodome, ma douce » de Laurent Gaudé

Deux pièces de théâtre sur des mythes revisités. Deux histoires de femmes. Deux histoires de vengeance. Deux monologues (+ les voix des enfants dans Médée Kali). Les réunir dans un même ouvrage tombait sous le sens. « Ce que j’aurais fait pour toi, Pour être à un homme comme toi Et pouvoir, la nuit, dans ta couche, caresser tes lèvres. Je suis belle. Je suis Médée Kali ». Médée revient sur le lieu de sépulture de ses enfants qu’elle a assassinés. Elle veut récupérer leurs corps pour les soustraire à leur père Jason... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 mai 2020

« Ève de ses décombres » d’Ananda Devi

« Tout cela est si bref. Quelques années dérisoires, à peine le temps d’ouvrir des yeux neufs sur la vie et, déjà, ce qui se présente à nos yeux est la mort. Notre alternative : soit la défaite, soit la conquête par la violence. Mais cette conquête-là n’en est pas une. C’est la résistance des désespérés. C’est ce que j’aurais voulu leur dire, à eux qui se déploient en ce moment à travers la ville avec leurs visages d’anges néfastes, pris dans leur faux rythme, la voix pétaradante de leurs machines annonçant l’échéance. Je... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 avril 2020

« Des arbres à abattre » de Thomas Bernhard

« Ils le voyaient bien : je suis l’observateur, l’ignoble individu qui s’est confortablement installé dans le fauteuil à oreilles et s’adonne là, profitant de la pénombre de l’antichambre, à son jeu dégoûtant qui consiste plus ou moins à disséquer, comme on dit, les invités des Auersberger. Ils m’en avaient toujours voulu de les avoir toujours disséqués en toute occasion, effectivement sans le moindre scrupule, mais toujours avec une circonstance atténuante ; je me disséquais moi-même encore bien davantage, ne m’épargnais... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 10:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 avril 2020

« Le livre de l’intranquillité » de Fernando Pessoa

Le livre de l’intranquillité. Un si joli titre poétique pour un livre qui n’en était pas un à l’origine. Une malle, des feuilles éparses en héritage. Aucun plan, aucune indication : des fragments à recomposer pour donner une structure, une cohérence. Un résultat forcément subjectif qui a évolué au fil du temps, au fil des traductions. La plupart des textes, qui forment une "autobiographie sans événéments", sont attribués à l’un des hétéronymes de Pessoa : Bernardo Soares. Dans une prose somptueuse, Soares/Pessoa se lance... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mars 2020

« Les immortelles » de Makenzy Orcel

« Je lui disais que la littérature n’était pas une chose pour les gens comme nous, pour les putes. De laisser ça à ceux qui n’ont rien à faire. Les bienheureux. Les ayants droit. Peut-être que j’avais tort ». « Tu me donnes ce que je te demande et toi après tu pourras m’avoir dans tous les sens que tu voudras ». Un marché conclu. Entre un homme et une femme. Entre un client et une pute. Entre un écrivain et une immortelle. Port-au-Prince. La Grand-Rue. La rue de la prostitution et des larcins. La rue qui, comme... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 mars 2020

« Les échappées » de Lucie Taïeb

« On porte en soi la mort comme un fruit qui mûrit, paraît-il, mais on ne veut pas, pour autant, qu’elle parvienne à maturité. On préfère qu’elle ne grandisse pas, alors on ne bouge pas, de peur d’accélérer le processus. Mais, il y a, dans cette immobilité, quelque chose qui ronge, véritablement : un épuisement prématuré des forces, un déclin impassible, une image qui vous fascine et vous empêche de fuir, comme la bête piégée par l’éclat des phares, stoppée net au milieu de la voie, et que le véhicule n’évitera pas ».... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
08 mars 2020

« Le dernier amour d’Attila Kiss » de Julia Kerninon

« Ce livre est l’histoire d’un amour – la plus petite de toutes les histoires – l’histoire du dernier amour d’Attila Kiss. Parce que c’est une chose de déposer les armes, dans un mouvement superbe de tapage et de dévotion, mais c’en est une autre que d’accepter à partir de cet instant de vivre comme perpétuellement désarmé ». « Lorsque deux individus se rencontrent et cherchent à entrer en contact jusqu’à se fondre, cela commence toujours comme commence une guerre – par la considération des forces en présence » ... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 mars 2020

« Rouge pute » de Perrine Le Querrec

Des mots sur des maux. Des vers sur l’horreur. Des poèmes sur des silences.   Perrine Le Querrec a rencontré dans un centre social des femmes qui ont confié leurs mots sur les violences conjugales. De ces mots, l’autrice en a fait une forme, une œuvre, un porte-voix. Des poèmes incarnés à la première personne du singulier. Des poèmes qui restituent la violence quotidienne pour faire vivre l’intimité de ces femmes aux lecteurs. Pour briser le silence. Pour briser l’indifférence. Parler des coups, des insultes. Parler... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 février 2020

« Les falaises » de Virginie DeChamplain

« Les femmes de ma vie. On se succède sans se voir, comme des ombres qui courent devant les miroirs, sacrent des coups de poing dedans et continuent leur route pour voir le monde ». Elle pense qu’elle est brisée. V. Comme la vague qui rencontre le rocher. Brisée. Comme le corps de cette mère-sirène rejeté par le Saint-Laurent, « ses cheveux comme des algues dans le ressac ». V. revient dans sa maison natale en Gaspésie, après plusieurs années d’absence. Funérailles de la mère, deuil d’une enfance, souvenirs à... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 08:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 février 2020

« Le sel » de Jean-Baptiste Del Amo

« Leur famille est ce fleuve aux courbes insaisissables dont il n’est possible de cerner la vérité qu’en l’endroit où la mémoire de tous afflue pour se jeter, unifiée, dans la mer ». Le sel est l’histoire d’une famille où règne encore l’ombre d’Armand, le patriarche pourtant décédé d’un cancer. Homme despote, violent, il a marqué de son empreinte tous les membres de cette famille. Chacun tente malgré tout de se libérer d’une enfance, d’un passé, d’événements tragiques. Les souvenirs remontent à la surface, déferlent... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 09:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 février 2020

« Danser sur tes braises, suivi de Six décennies » d’Ananda Devi

« Tout commence par la perte des eaux ». Et c’est déjà le début de la fin. « L’enfant s’en va et ne cessera plus de s’en aller ». Dans « Danser sur tes braises », Ananda Devi retrace le chemin de la vie à la suite du décès de sa mère. Un chemin qui débute par l’expulsion du ventre maternel comme première perte. La première d’une longue série au fur et à mesure que l’enfant grandit et devient adulte : « Mais j’avais mon chemin à suivre ; mes propres démons à affronter : il me fallut... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 février 2020

« Au rythme de notre colère » de Guy Gunaratne

« C’est la violence qui a fait cette ville. Ceux qui y vivent depuis toujours grandissent avec elle comme avec un grand frère. En cette ultime journée où la langue des flammes a détruit les dômes et les peintures de notre mosquée, on sait que personne nous sauverait. La fureur était comme une fièvre palpable dans l’air. Un amas pourri de corps battant ensemble au rythme de la douleur et des discours ». Trois potes des Ends, la cité du nord de Londres, se retrouvent au Square pour jouer au foot. Au lendemain d’un meurtre.... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 février 2020

« Les portes de Thèbes. Eclats de l’année deux mille quinze » de Mathieu Riboulet

« Il a donc fallu que j’accepte l’ouverture de mon corps. Ce n’est pas le moindre des paradoxes du temps : tout se ferme (les hommes, les regards, les frontières, les esprits), et plus tout se ferme plus il me faut ouvrir, c’est la réponse, je ne sais rien faire d’autre. Écrire c’est ouvrir, bien sûr, je sais cela, mais il suffit d’écrire fermé pour que l’élan se perde. Et des livres fermés, il s’en publie à la pelle. Il faut donc s’attacher à écrire des livres ouverts pour raconter des histoires ouvertes, aérer les... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 février 2020

« La femme révélée » de Gaëlle Nohant

« … je crois que si Tim redoutait les monstres, c’était parce qu’il pressentait que les plus redoutables vivaient parmi nous. Les monstres n’étaient pas là où la presse orientait notre regard. Ils n’habitaient pas ces faces blêmes et vaincues qui levaient leurs mains menottées pour se protéger de l’éclat des flashes. Ils se carraient dans leur fauteuil, acceptaient un bourbon, complimentaient la cuisinière sur son pain de maïs, fumaient le cigare sous la véranda avant de s’en aller dormir d’un sommeil sans rêves ». Gaëlle... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 janvier 2020

« Un vertige » d’Hélène Gestern

Deux courts textes qui racontent la séparation amoureuse. Comment naît la passion ? Comment finit-elle par s’effacer ? Que faire des sentiments qui traversent l’esprit, des sensations qui submergent le corps quand l’amour n’est plus ? Comment parvenir à oublier l’être aimé ? Autant de questions qu’Hélène Gestern pose, parfois sans avoir la réponse. Elle décortique, dissèque ses propres amours et séparations pour tendre vers l’universel. « [Je] n’imaginais plus pouvoir continuer à raconter une fiction... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 janvier 2020

« Le chant des marées » de Watson Charles

Le chant des marées. Le chant de la mer qui tangue, de l’océan qui relie le poète à deux terres : celle qu’il a quittée et celle qu’il a rejointe. Le chant d’une mer où le poète remue, oscille, se cogne entre les souvenirs et l’instant présent, tel le ressac. Une douce mélopée comme celle que l’on peut entendre dans les conques. L’écho d’une voix. Dans ce très beau recueil de poèmes, Watson Charles file la métaphore de l’eau, de l’océan pour raconter l’exil. La difficulté de vivre avec les fantômes, les Loas, les ombres du... [Lire la suite]
Posté par lepetitmouton à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]